Christiane Passevant
Rencontrer mon père. Film d’Alassane Diago
20 février 2019
Article mis en ligne le 11 février 2019
dernière modification le 9 février 2019

par C.P.

Rencontrer mon père est un film très personnel, entre le désir de comprendre les motivations d’un père, parti depuis 20 ans, abandonnant sa famille sans donner aucune nouvelle, et le besoin de construire sa propre maturité. C’est aussi une chronique sur l’émigration nécessaire pour survivre : « À un moment donné dans les années 70-80, une sécheresse a, entre autres, décimé le bétail et poussé les hommes à partir pour subvenir aux besoins de leurs familles. Mon père faisait partie de cette génération. Cette émigration massive, on a tendance à l’oublier, on en parle peu [explique le réalisateur]. C’est une émigration subrégionale, au sein de l’Afrique. Parmi ces émigrés, très peu réussissent à faire fortune et quand ils n’y parviennent pas, ils préfèrent mourir que de rentrer. […] Le sentiment de honte les ronge. »

« Je suis devenu un homme, comme mon père. Alors je décide d’aller à sa rencontre pour savoir ce qui le retient à l’étranger depuis plus de vingt ans, sans donner de nouvelles, sans revenir, sans subvenir aux besoins de ses enfants ni de sa femme. » Lorsque Alassane Diago décide de faire ce film, sa motivation est donc tout à fait personnelle, mais, peu à peu, elle évolue, notamment avec la rencontre de cet homme qu’il ne connaît pas.

Le début du film est émouvant par les silences de sa mère, qui ne veut pas exprimer une quelconque rancœur, et dissimule sa tristesse derrière une retenue et une timidité bouleversantes. C’est sans doute le moment le plus fort du film, car l’on ressent les liens qui existent entre le lui et sa mère, dont il comprend la souffrance, et qui attend toujours ce mari, dont elle garde la photo accrochée au mur, malgré la longue absence.

La rencontre avec le père et la famille, qu’il a reconstitué au Gabon, sera tout d’abord assez distante, puis cela prend un ton plus amer, son père lui reproche de l’avoir humilié dans son film, Les larmes de l’émigration. Le film, diffusé à la télévision, avait créé une polémique dans l’entourage du père, sur la question de l’abandon. Puis, finalement, le fils demande des explications qui, devant le mutisme embarrassé du père, prennent le ton du réglage de comptes.

Rencontrer mon père d’Alassane Diago est une plongée dans la culture familiale et l’intimité africaines, de manière simple et spontanée. « J’ai conscience que la caméra est une arme » déclare Diago, une caméra intransigeante pour un cinéma féministe.

Rencontrer mon père d’Alassane Diago sort le 20 février prochain.