DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre 1909-1914
Guillaume Davranche (L’Insomniaque/Libertalia)
Article mis en ligne le 11 novembre 2014

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Ils étaient trop jeunes pour mourir, ces militants de la Fédération communiste anarchiste (FCA) qui, à l’orée des années 1910, s’activaient sans répit pour empêcher la catastrophe. À 20 ans, la grande poussée ouvrière de 1906 les avait fait vibrer. La CGT était leur seconde famille, la grève générale leur horizon. Face à l’État, ils proclamaient leur volonté de
« saboter la mobilisation » si la guerre éclatait. Et ils s’y préparaient, en effet, malgré une répression de plus en plus brutale.

En suivant le fil rouge de la brève histoire de la FCA, ce livre décrit la vivacité du mouvement ouvrier avant le cataclysme de 1914 : son mode d’organisation et ses fractions, ses controverses et ses passions, ses petites et ses grandes luttes.

On y revit les grèves des PTT en 1909, celle du rail en 1910 ou du bâtiment en 1911, toutes émaillées d’actes de sabotage… On se plonge dans les affaires qui ont défrayé la chronique et attisé les polémiques : Ferrer, Aernoult-Rousset, Bonnot… On y découvre aussi l’enthousiasme des libertaires pour la Révolution mexicaine, tandis que se multiplient les bagarres au Quartier latin contre les antisémites et les Camelots du roi. On voit la CGT, dont la période héroïque est révolue, se déchirer sur la stratégie à adopter, alors que les femmes et la « main-d’œuvre étrangère » s’invitent dans le débat syndical.

On assiste enfin, dans un climat croissant de réaction belliciste, à la traque aux réfractaires et aux contempteurs du « joujou patriotisme », menacés du bagne militaire et du peloton d’exécution.

P.S. :

Entretien avec Guillaume Davranche dans les Chroniques rebelles de Radio Libertaire, le samedi 20 décembre à partir de 13h30.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4