DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Philomène Le Bastard
Black Coal. Film de Yinan Diao
La Chine d’en bas
Article mis en ligne le 7 juillet 2014

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Il y a quelques mois, le réalisateur chinois, Jia Zangkhe, dressait dans son nouveau film, Touch of Sin, le portrait, à travers divers personnages, d’une Chine libérale, violente, oppressante, dominée par la corruption, l’arbitraire et les différences de classes.

Yinan Diao choisit la forme du polar étatsunien de la grande époque — les années 1940-1950 —, avec un parfum à la Hammett ou à la Chandler. Et sa démarche déborde largement comme il se doit l’intrigue policière pour dépeindre une réalité sociale chinoise contemporaine, de même que son évolution rapide puisque le film se déroule sur deux périodes. Un polar social, transposé avec ses codes dans la Chine au tournant du XXe et XIXe siècle.

Tourné parfois comme en clando, dans des décors nocturnes et glauques, le contexte social est ici saisi comme un élément naturaliste du récit et, mine de rien, le film observe et montre les coulisses de la réussite économique du pays et la volatilité de la société chinoise. Du coup, l’ambition du film apparaît double, fiction pour le rythme du déroulé de l’histoire et documentaire pour la trame. Parallèlement au récit de l’enquête menée par un personnage, ex flic, qui mène son enquête à la manière d’un privé, la caméra s’attarde sur la ville, les bâtiments, les personnages secondaires, les conditions de travail.

L’histoire : l’assassinat d’un employé d’une carrière minière dont le corps est dépecé et les morceaux dispersés aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang Zili est chargé de l’affaire au moment de la découverte des morceaux macabres, mais doit l’abandonner après avoir été gravement blessé lors d’une fusillade et de l’arrestation de suspects, dont l’un est tué.

Deux nouveaux meurtres sont commis dans des circonstances similaires et dans la même région, cinq années plus tard. Ces nouveaux meurtres ont un autre point commun, l’épouse de l’employé des mines, la première victime.

Mélange d’intrigue policière et de néoréalisme, Black Coal surprend, déroute, car tout en suivant les codes du film noir, le récit s’en détourne et glisse vers l’étrange et l’introspection psychologique. Le personnage de l’inspecteur est ambigu. Brisé par son accident, il a sombré dans l’alcoolisme, et mener cette enquête ressemble à une thérapie pour se sortir d’un cauchemar.

Black Coal ou la société chinoise mise à nu.

C’est aussi la lutte d’un perdant dans la société « du bas », dont les brisures apparaissent à tout moment dans le déroulement du film. Le réalisateur s’en explique : « Il fallait que cette histoire prenne place dans une couche basse de la société, qui représente quasiment 80 % de la population chinoise : des gens qui ont une vie simple et ordinaire. Et pourtant c’est parmi eux qu’apparaissent les faits divers les plus frappants, étranges, qui restent dus à l’écart de vie entre pauvres et riches. C’est une couche de la société qu’on ne perçoit pas forcément dans les grandes villes, une affaire celle-là devait donc se situer dans une petite ville de province. Cette ville existe, elle est particulière : des lumières, des néons rouges, bleus, qui ont fait fonctionner notre imagination, ça et l’hiver, le mélange de froid et de couleurs attisent la curiosité. Que se passe-t-il derrière cette façade ? Ma caméra était un peu comme un homme face à une femme qu’il veut séduire, attraper. La ville est comme un espace qui devient inséparable des personnages, ils y vivent autant qu’elle les façonne. »

Et cette femme, archétype de la femme orientale, secrète, est-elle coupable ou victime ? Une société en mutation, une population qui a perdu ses idéaux et soumise au libéralisme d’État, des personnages complexes, des décors sombres, des enjeux inextricables, un homme perdu qui cherche à comprendre et une femme qui s’esquive… On retrouve là tous les ingrédients d’un nouveau polar social.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4