DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Philomène Le Bastard
Ida
Film de Pawel Pawlikowski
Article mis en ligne le 30 mars 2014

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Noir et blanc somptueux dans un format 1.33, à l’ancienne, pour ce film qui se déroule dans les années 1960 en Pologne. Le climat est oppressant, c’est celui des années soviétiques avec, par touches, la mémoire du génocide des années de l’occupation nazie. Stalinisme, catholicisme et racisme font la trame du récit et sont distillés dans cette quête de deux femmes, Ida et Wanda.

Ida a été élevée par des religieuses, restaure des statues saintes et se prépare à prononcer ses vœux. À la demande de la mère supérieure et pour la première fois, elle rencontre sa tante, seule parente vivante et, pour cela, sort du cocon sévère et réglé du couvent pour affronter une réalité qu’elle ignore totalement. Une jeune fille venue d’ailleurs, une novice qui découvre Wanda, sa tante, qui au delà la première surprise, choque Ida par son comportement.

Drôle de rencontre en effet entre la tante et la nièce, incroyante et procureure stalinienne, qui lui révèle qu’elle est juive. Une « nonne juive » ironise Wanda la rouge qui, elle, se saoule la gueule, fume et s’envoient des mecs, au hasard. Pourtant, elles entament ensemble un voyage vers le passé qui, pour Ida, génère une série de découvertes et se transforme en quelque sorte de road movie initiatique pour cette jeune fille coupée du monde jusqu’alors.

Durant le périple qui les mène toutes deux dans une région où a vécu Ida, alors bébé, avec ses parents, elle croise un musicien et est fascinée par le jazz en vogue à cette époque en Pologne. L’ambiance des années 1960, marquée par la fin du stalinisme, est admirablement rendue dans le film.

Tout sépare en effet les deux femmes dont le lien n’est que familial, mais ensemble elles remontent un passé avec, en filigrane, l’antisémitisme, le génocide des juifs et l’occupation nazie, la résistance et enfin les purges staliniennes d’après guerre. Un voyage dans la mémoire polonaise et la banalité du mal.

Deux comédiennes grandioses en justesse et en complexité. Elles occupent entièrement l’écran par leur présence. Sans doute la réserve de l’une, Ida, soutient la brutalité de l’autre, Wanda, et vice versa. Un film d’une grande beauté dont Ida est la clé, la survivante d’une histoire abominable, d’un massacre ordinaire…

Le film est sur les écrans depuis le 12 février 2014 et y demeure, fait remarquable pour un film d’auteur. Une évocation très personnelle des
totalitarismes. Certain-es reprochent une fin trop explicite, mais qui sait ce que décidera Ida ? Le chemin est encore long vers la maturité…



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4