DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Reza Afchar Nadéri
Le chant des « Indignés »
Article mis en ligne le 21 mars 2013
dernière modification le 13 mars 2013

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Le peuple est sans le sou, le peuple court à sa ruine

Nos dirigeants s’en f…, chez eux c’est la débine

L’euro, l’euro, l’euro, y z’ont qu’ça dans l’citron

Leur loi c’est le bling bling à la botte du patron

Les gauchos c’est pas mieux qu’ont déclaré forfait

La lutte des classes mon frère chez eux c’est du surfait

On dit que trop c’est trop, voici qu’est venue l’heure

De rendre la politesse, de faire parler nos cœurs

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Notre chanson elle court, elle court et puis elle vole

De la place Syntagme à la Puerta del Sol [1]

Ils ont noirci not’ ciel, ils ont tout saboté

Qu’on leur jette à la face leurs culottes crottées

Mon frère ma sœur j’te dis, qu’il faut être « unido »

Main dans la main le peuple, s’ra jamais « vencido » [2]

Le monde à feu, à sang, c’est l’coup des boutiquiers

L’armée, les chars, les flics, à la solde des banquiers

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

La dette sans fond ni fin, le désert dans nos fouilles

La vie au jour le jour, l’av’nir qui part en c…

Aux dieux de la finance, ils ont tout sacrifié

C’est l’temps de redonner la voix aux cocufiés

Assez de beaux discours, on nous prend pour des ânes

Le seul qui parle vrai, dans l’boxon c’est Stéphane [3]

Il te montre du doigt la dictature du fric

La course au toujours plus, le progrès à coup d’tric

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Nos acquis sont bradés : retraite, sécu, école

La dette qui la rembourse ? Encore nous qu’y s’y colle

Ça fait depuis longtemps qu’on nous sert que du vent

La crise elle est traitée par la fuite en avant

Voici le beau projet qu’on vous met sur la table

Pour que la planète terre devienne inhabitable

Les banques nous pompent l’air, elles broient nos destinées

C’est par le porte-monnaie qu’elle veulent nous dominer

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Le v’là not’ bel avenir, partout à tous les âges

Les p’tits boulots au noir, la misère, le chômage

Toujours les mêmes qui trinquent, en face les mêmes qui trichent

Voici venu le temps de faire payer les riches

On veut qu’aux boutiquiers on présente la facture

Qu’on mette enfin le pied dans l’ère de la rupture

Y’en a marre qu’on confonde le public et l’privé

Comment est-ce qu’aussi bas on a pu arriver ?

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

À force de s’emballer l’engin s’est enrayé

Que ceux qu’ont fait la crise, s’occupent de la payer

Une droite d’affairiste, au service des potes

Une gauche laxiste, restée droit dans ses bottes

Personne qui dit pourquoi toute une population

Est livrée aux combines, aux spéculations

Devant un tel chaos il faut vaille que vaille

Re’vnir aux vraies valeurs, au fruit de son travail

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Le pouvoir à la rue, c’est la voie idéale

Entends nos voix clamer : « Democracia réal ! » [4]

Ils nous ont pris nos rêves, On prendra leur sommeil

Aux arnaqueurs du siècle plus dur sera l’réveil

Assez de leur folie, des gains astronomiques

Il faut une autre loi, une autre dynamique

Arrêtons le pillage, arrêtons le gâchis

Leur dogme libéral, c’est là-dessus qu’on ch…

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Contre eux on est vénères, écœurés jusqu’à l’os

C’est comme ça qu’un beau jour on d’vient « Indignados »

Debout la France debout, c’est pas l’heure de dormir

Il s’passe chez nous des choses qui donnent envie d’vomir

Ras l’bol de nos élus, ils se sont bien nourris

Pendant qu’ils appliquaient leurs politiques pourries

À l’écran, dans l’journal, c’est le show des Muppets

Chaque jour c’est l’défilé de la bande à Fouquets

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Pendant que dans la rue on vous fait la part belle

Comme glaneur de marché, comme fouilleur de poubelle

Merci à la finance qu’a rendu le monde fou

Tes diplômes, ta jeunesse, ton destin, on s’en fout

La planète on la brade, on la donne aux rentiers

On pousse vers l’impasse les jeunes du monde entier

Mais tout ça c’est fini, on n’est plus des moutons

Ecoute notre chant, tu trouv’ras le bon ton

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

T’es pas seul dans ton coin, comme toi y’en a des masses

Qui veulent plus s’laisser faire, plus rester à la ramasse

Tout ça a démarré un 15 mai 2011 [5]

Dans la cour des puissants on a coulé un br…

Depuis ça n’arrête plus, ils viennent d’un peu partout

Les indignés pour dire qu’ils sont pas des toutous

Contre l’austérité, contre la décadence

Ils crient fort leur colère, ils entrent dans la danse

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Madrid est le berceau où tout a commencé

À Lisbonne, à Athènes, l’élan est relancé

Ils viennent de partout, des Pays-Bas, d’Islande

D’Allemagne, de Norvège, d’Italie et d’Irlande

De Belgique, de Finlande ou du Royaume Uni

D’Argentine, de Tchéquie, même des Etats-Unis

Tout autour c’est l’silence pesant des syndicats

Les partis restent muets devant un tel fracas

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Pour la droite c’est fini, juste le temps d’un éclair

La gauche elle vaut pas mieux, qu’à pas les idées claires

Debout la France, debout, montre ton vrai visage !

Qu’on leur passe un savon, en attendant l’rasage !

Aux Indignés Reza vient de joindre son chant

Qu’il résonne de l’aube jusqu’au soleil couchant

Après tout ce qu’on a vu, après c’qu’on a vécu

On a plus rien à perdre, il faut se bouger l’c…

Ni à droite, ni à gauche… on n’est pas alignés

Entends de notre bouche le chant des indignés

Notes :

[1Puerta del Sol.

La « Porte du Soleil », place située au cœur de Madrid, berceau
du mouvement des « Indignés ».

[2Un pueblo unido jamás será vencido (« Un peuple uni ne sera jamais vaincu ») : La chanson révolutionnaire composée par le chilien Sergio Ortega a dépassé les frontières du Chili pour accompagner les mouvements d’unité et de solidarité populaires. Un chant de ralliement adopté également par le mouvement des Indignés.

[3Stéphane Hessel, diplomate et militant politique français, auteur de l’ouvrage « Indignez-
vous », dont le titre a été repris par le mouvement des « Indignados » espagnols qui s’étendra jusqu’à 70 villes de ce pays précurseur de la contestation.

[4¡ Democracia réal ya ! : « Démocratie réelle, maintenant ! ». Mot d’ordre du mouvement des Indignés qui, à l’instar des révolutions du monde arabo-musulman (« Printemps arabe ») réclame un changement radical des systèmes économiques et politiques européens.

[515 mai 2011 : Date où la place de la Puerta del Sol de Madrid fut occupée pour la première fois par le mouvement des Indignés espagnols.

P.S. :

Paris, 27 juin 2011.

http://rezablog.com/le-chant-des-indignes/#more-1339

Reza Afchar Naderi a interprété en direct ce texte en s’accompagnant à la guitare sur Radio Libertaire, dans l’émission des chroniques rebelles, le 9 mars 2013.

Photos © Reza Afchar Naderi

Dans la même rubrique

Dans le ravin / 7
le 21 mars 2013
Dans le ravin / 6
le 21 mars 2013
Dans le ravin / 5
le 21 mars 2013

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4