DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Notre monde. Film de Thomas Lacoste
Article mis en ligne le 21 mars 2013

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Le système marche parce que nous collaborons, et bien que toujours moins de personnes y croient, sans pourtant en faire l’analyse. C’est sans doute là que se situe le problème. L’allégeance à la hiérarchie a remplacé l’esprit critique et la servitude volontaire aboutit à l’absence de perspective. C’est une des facettes de la réflexion qu’offre ce film bousculant, à discuter, Notre monde.

Réflexion à plusieurs et sur plusieurs thématiques essentielles qui rassemblent devant la caméra plus de 35 intervenant-es, philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires et écrivain-es, avec en fil rouge, le récit de Marie Ndiaye [1] dit par Marianne Denicourt.

Notre monde rappelle que la barbarie est présente, sous d’autres formes, plus subtiles et insidieuses, et qu’il est désormais impossible de dire que nous ne savions pas. Les banques dirigent le pays, pour preuve la reculade pathétique du nouveau gouvernement "socialiste", mais leur gestion de la "crise" est catastrophique. Fin d’une civilisation ? Dans tous les cas, il n’y a pas de solution miracle ni d’être providentiel…
CP

« S’il y a un lieu où, aujourd’hui, nous devons faire de la politique, où nous devons danser, c’est sur ces frontières. C’est une conviction, c’est là où ça se passe. Quand nous voyons de nouveau, pour la énième fois, se rejouer la montée de ces fermetures identitaires qui s’opèrent un peu partout dans le monde, et tout particulièrement en Europe, nous comprenons bien le ressort de tout ça. Et c’est là où il nous faut être pertinents politiquement ; c’est là où il nous faut être impérativement pertinents dans la création, là où nous nous devons de faire bouger les choses, c’est vraiment ici, aux endroits où ça clive, où ça clôture. Et les endroits où ça clive, c’est partout où l’on met des murs. Mais attention, ne soyons pas dupes, la clôture fonctionne toujours comme un paravent et cache bien des choses : la violence économique et tout un tas de dominations qu’on voudrait nous faire oublier...
Il s’agit, là encore, de les révéler, de re-problématiser... De rendre visible l’invisible. »

« Cette frontière que théorise Eric Fassin entre “eux” et “nous” me paraît être une entrée extrêmement pertinente et qui dévoile la perversité de ces politiques et de ce racisme d’État. Par définition, l’Autre est polymorphe (c’est aussi toute sa force). Ainsi, celui qui est désigné comme étranger, celui qui va être stigmatisé, mis au ban, peut se rapprocher de plus en plus de nous. C’est le sort réservé aux habitants des quartiers populaires, aux minorités visibles ou non, celles et ceux qui ont des pratiques sexuelles différentes, qui ont des engagements politiques radicaux, aux jeunes, etc., etc. Outre sa violence intrinsèque, nous voyons vite la perversion de cette structure pointer, car, de proche en proche, ces cercles concentriques finissent par nous atteindre tous. Et en ce sens, ce monde où il nous faut vivre est insoutenable et parfaitement invivable.

Kafka et Orwell doivent bien se marrer ou pleurer de rage ! Et on ne peut rien faire de ça, si ce n’est retisser du lien partout, montrer l’absurdité et la violence de ces techniques et prendre garde à bien mettre au jour les structures de domination psychique et économique qu’elles cachent (rappelons que le capitalisme, dans le BTP par exemple, M. Bouygues en tête, à besoin de ces sans-papiers pour déréguler et sur-exploiter la main-d’œuvre, en instaurant de la concurrence entre ouvriers). La stratégie est toujours la même malgré l’antienne : sur-diviser le corps social, monter les uns contre les autres, pour cacher la violence symbolique des structures de domination, dont, en dernière analyse, la finance est le marionnettiste qui tire ses ficelles jusqu’au cœur du politique. »

Notes :

[1Trois femmes puissantes, Marie Ndiaye (Gallimard, 2009.)

P.S. :

Extrait d’un entretien avec Thomas Lacoste & Christophe Mileschi.

Pour diffusion et débats : www.shellac-altern.org

Sortie nationale le 13 mars 2013.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4