DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Gilles Tourman
Selfie, comédie satirique de Thomas Bidegain
Article mis en ligne le 23 juin 2020
dernière modification le 22 juin 2020

par C.P.
logo imprimer

Selfie
Comédie satirique de Thomas Bidegain

Sorti en début d’année, à revoir…

Cinq récits dénonçant, avec acuité et cruauté, les conséquences funestes d’un monde de plus en plus phagocyté par l’usage du numérique, depuis la relation amoureuse jusqu’à la culture. Même s’il manque de fond, l’humour y est un vivifiant appel au réveil des consciences.

Les Perez accumulent les followers en filmant la maladie de Lucas, au dam de l’aîné Charles et de la cadette Émilie. Voilà que Lucas est sauvé… Agacée par le langage du comique Toon, Betina, prof de littérature, lui twitte un post ironique. Il répond. Au fil des échanges, un lien se noue. Il lui propose de se rencontrer dans un bar. Devinant la vanité de leur relation, elle y renonce et retourne à ses cours. La famille Perez fait tout pour relancer son compte, en panne depuis la guérison de Lucas … Florian rencontre Emma pour qu’elle l’aide à séduire Jeanne en le surcotant. Vexée, Emma le plaque et lui met zéro. Florian aborde néanmoins Jeanne. Ça marche ! Leur vie amoureuse filmée lui vaut un max de like. Voulant retomber sous la moyenne pour récupérer Emma, il perd Jeanne, son emploi et la vie.
Obsédés par leurs vidéos, les Perez ne voient pas que Charles change… Accro aux achats en ligne, Romain croit mordicus que les algorithmes anticipent nos manques. Si bien qu’invité à acheter du viagra, il en devient impuissant. Il meurt dans l’incendie d’une église où il s’était rendu pour guérir de son addiction. Les Perez découvrent que Charles, parti en Syrie, recueille des millions de vues… Emma et Marco se marient sur une île sans réseau sauf sur un bout de plage. Un piratage mondial révélant toutes les discussions privées fait exploser la cérémonie. Grâce à ses appels à Charles pour qu’il rentre en France, les Perez retrouvent leurs followers.

Un pamphlet qui réjouira les un.es car il nous met en alerte sur la perte de ce qui a jusqu’à présent fondé l’Humanité, à savoir la relation directe et l’attention au prochain… autant qu’il pourra laisser froid les autres pour avoir préféré la caricature de certaines situations à l’exploration sur le fond des questions abordées. Autrement dit, substitué le corrosif de l’ironie au subversif de la proposition. En effet, entremêlant adroitement quatre des films auxquels celui de la famille Perez sert de lien,

Selfie, au titre réducteur puisqu’englobant l’ensemble du monde numérique, vitriole par ses dialogues (le verbe, donc) ce monde dévoué à l’image et à l’écrit. Narcissisme, manipulation, addictions, perte d’identité et du réel, mépris de la réalité sensible, complotisme (le pouvoir des algorithmes entre autre) sont joyeusement décortiqués sur un rythme soutenu, où la poésie le dispute à de roboratifs sursauts de cruauté. Si l’épisode avec Elsa Zylberstein en prof de littérature (Le Troll) et celui du mariage (Smileaks) connaissent des conclusions presque optimistes, l’ensemble est d’une noirceur absolue autant qu’épanouissante sur le ton. A ce titre, Voltaire peut dormir tranquille. Peut-être aurait-il fallu effectivement y adjoindre, pour dénoncer des dé-rives de cet univers, les esprits de La Boétie, Rousseau et Debord afin de mieux nous rappeler combien l’Homme est doué pour s’enchaîner au progrès dès lors qu’il pourrait s’émanciper et faire de la vérité un simple moment de la réalité. Quoi qu’il en soit, on en ressort avec la bienfaisante sensation que rien ne vaut le lien réel avec ce qui nous entoure.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2