DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Gilles Tourman
L’ombre de Staline (Mr Jones) de Agnieszka Holland
Article mis en ligne le 16 juin 2020

par C.P.
logo imprimer

L’ombre de Staline (Mr Jones)
Film de Agnieszka Holland.

Avec James Norton, Vanessa Kirby, et Peter Sarsgaard, Joseph Mawle, Kenneth Cranham, Marcin Czarnik, Krzysztof Pieczynski, Celyn Jones, Martin Bishop

Célèbre pour avoir interviewé Hitler, Gareth Jones veut récidiver avec Staline. La mort d’un son confrère et ami et son arrivée en Union soviétique vont lui faire découvrir une réalité atroce régnant en Ukraine. A voir pour ce que ce récit tragique dit aussi de notre époque.

Renvoyé du cabinet de Georges Lloyd et pourfendeur du régime nazi, le journaliste gallois Gareth Jones gagne l’URSS espérant interviewer Staline après Hitler. Le directeur du New Times Walter Duranty, pro communiste jouisseur et lauréat du Pulitzer, l’accueille et lui présente sa journaliste fétiche Ada Brooks. Jones voulant comprendre les raisons de l’assassinat de son ami et confrère Paul Kleb, Ada l’incite à enquêter en Ukraine. Ayant échappé à un collègue “cerbère” dans le train, Jones se lance seul dans les steppes autour de Stalino d’où sa propre mère est originaire. Commence pour lui une épouvantable découverte : le règne d’une famine atroce, Staline pillant la région pour alimenter Moscou et amener les paysans à résipiscence. Le pays est en totale faillite.

Jones se mêle à la population partage ses souffrances et se fait arrêter en même temps que six ingénieurs britanniques accusés d’espionnage. Grâce à son ex statut de conseiller politique et à l’intervention de Duranty, il est renvoyé à Londres. Mais s’il dévoile la vérité, les six otages seront exécutés. Après un moment de doute, Jones révèle l’imposture quant à l’essor soviétique et l’existence de la famine. Le démentie des soviétiques, le contexte politique et la veulerie de Duranty dévoué aux puissances économiques font qu’il n’est pas écouté. Par chance, sa rencontre au Pays de Galles avec Randolph Hearst lui permet in extremis de faire paraître un article relatant ce qu’il a vu. Ada, elle, est retournée à Berlin. Jones meurt à 30 ans en 1935, assassiné lors d’une mission en Mandchourie. Duranty en 1956 à 73 ans. Aux USA

Pour son nouveau long-métrage, tiré d’un fait réel, l’inusable polonaise Agnieszka Holland signe un film classique dans sa forme et paradoxal, du moins pour les curieux de l’Histoire et de l’actualité. Car il nous éclaire sur notre époque davantage que sur son sujet. En effet, l’Holodomor — la famine organisée par Staline en Ukraine entre 1932 et 1933 qui fit de 2,6 à 5 millions de morts — est aujourd’hui connue. Idem, sa réalisation alterne les moments de grâce (les séquences d’errance dans la steppe sont souvent sidérantes esthétiquement) et les lourdeurs de style aux morceaux musicaux appuyés : voyages en train, émeute pour le pain, retour à Londres avec les jambons, etc. En revanche son analyse décryptant le cheminement qui mène de la conviction favorable à la découverte d’une réalité cruelle, à sa diffusion et à sa réception publique — comme les tentatives de la bloquer — reste d’une brûlante et douloureuse actualité alors que sévissent les infox et communications institutionnelles de tout poil. De même sont bienvenus son rappel aux allures eschatologiques du communisme primitif avant son dévoiement par ceux qui l’exercèrent et son questionnement sur le rôle du journaliste (du lanceur d’alerte au profiteur du système) auquel les morts de Jones et de Duranty donnent une suprême ironie. Enfin, l’allusion à la Ferme des animaux d’Orwell — dont le héros s’appelle Jones — offre une subtile conclusion à son message : la littérature, par ses allégories, serait-elle in fine plus efficace et pérenne pour dénoncer que le journalisme d’investigation ? Une raison d’aller voir ce film quoi qu’on pensât de son déroulé.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2