DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Brooklyn Secret d’Isabel Sandoval (1er juillet)
Article mis en ligne le 18 juin 2020
dernière modification le 16 juin 2020

par C.P.
logo imprimer

Brooklyn Secret
Film d’Isabel Sandoval (1er juillet)

Olivia travaille comme aide-soignante auprès d’Olga, une femme âgée d’origine russe ashkénaze habitant Brooklyn, à Brighton Beach. Olivia est immigrée philippine transgenre, elle paie un États-unien pour organiser un mariage blanc et ainsi obtenir des papiers. Mais alors que ce dernier finalement se rétracte, Olivia rencontre Alex, le petit fils d’Olga. Entre le deux naît une attirance tant sexuelle qu’émotionnelle sans qu’elle puisse parler de sa situation.

Brooklyn Secret est un constat des difficultés constantes de l’immigration aux Etats-Unis, certes amplifiées pour les femmes transgenres et durant l’administration Trump.

Brooklyn Secret est le troisième long métrage d’isabel Sandoval, dans celui-ci son expérience personnelle tient une place majeure. Auteure, réalisatrice et interprète du rôle principal, elle évoque une intimité et une peur qui lui sont proches, l’angoisse de l’illégalité, la crainte d’une double discrimination, affronter la mentalité patriarcale, les filières économiques du mariage blanc… « Je m’intéresse aux femmes qui sont marginalisées et qui doivent prendre des décisions personnelles difficiles dans un contexte social et politique tendu, [explique Isabel Sandoval]. Ces personnages féminins se confrontent à des problèmes différents, mais on retrouve un même contexte oppressif. J’ai fait ce film juste après ma transition. Le fait d’être une immigrée et une femme trans pesaient lourd dans mon existence à ce moment-là, précisément quand Donald Trump est devenu Président des Etats-Unis. Donc Brooklyn Secret est le résultat de mon état d’esprit de l’époque. Quand je l’écrivais, j’éprouvais de l’angoisse et de l’inquiétude. Je me sentais vulnérable par rapport à ma situation aux Etats- Unis. Je ne suis pas sans-papiers comme mon personnage. Je possède une Green Card avec mon prénom et mon sexe féminin. En revanche, j’ai un passeport qui correspond à mon identité masculine d’avant. Quand je vais à l’étranger et que je reviens aux Etats-Unis, j’ai toujours peur de subir un interrogatoire lorsque je passe les contrôles et d’être retenue dans une pièce pendant des heures, ce qui n’est pas impossible vu le climat politique actuel. Quand Brooklyn Secret a été projeté au Festival de Venise pour sa première mondiale, j’étais assez nerveuse de savoir si j’allais pouvoir revenir aux Etats-Unis. Cela faisait cinq ans que je n’avais pas voyagé à l’étranger. D’ailleurs dans le film, c’est mon vrai passeport que l’on voit. »

Olivia ne correspond pas à l’image habituelle des femmes transgenres immigrées, elle est aide-soignante auprès d’une femme issue elle-même d’une ancienne vague d’immigration, elle est à la fois déterminée tout en ayant une certaine méfiance vis-à-vis des autres. « Le fait qu’elle soit trans ne constitue qu’un aspect de son identité. Ce statut ne l’emprisonne pas. Ce n’est qu’une facette de ce qu’elle est », mais cela explique sans doute le fait qu’elle ne se confie pas aisément. De même, cela éclaire la gêne des deux personnages, Alex et Olivia, face à leurs désirs et à leurs émotions. Les circonstances devraient les séparer, le secret de la jeune femme d’une part, et, de l’autre, le milieu sexiste dont est issu le jeune homme. Il en résulte pour les deux des sentiments mitigés de culpabilité, Alex a honte d’être attirée par Olivia et celle-ci craint qu’il ne découvre qu’elle est transgenre.

Servi par un casting sensible et juste, qu’il s’agisse d’Olga, la vieille femme (Lynn Cohen) ou d’Alex, son petit fils (Eamon Farren), Brooklyn Secret développe une intrigue complexe par petites touches, évoquant un pays, un quartier construit par des générations successives d’immigré.es, mais qui n’abandonnent pas pour autant la discrimination vis-à-vis des autres, dont ils et elles ont d’ailleurs souffert. Les Philippins arrivent au bout de cette chaîne migratoire et sont exploité.es par les anciens groupes de populations.

Immigrée transgenre aux Etats-Unis, Isabel Sandoval signe un film profondément politique. Mais, souligne-t-elle, « l’histoire ne s’arrête pas là pour ces personnages, leur destin est dicté par une force qui les dépasse. C’est le sens des longues séquences à la fin du film, où les personnages ne sont plus dans le cadre. »
Isabel Sandoval réussit avec Brooklyn Secret un film original, émouvant, personnel et politique, où l’on découvre comme rarement ce quartier spécifique de New York.

Brooklyn Secret d’Isabel Sandoval au cinéma le 1er juillet.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2