DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Gilles Tourman
Nous les chiens de Oh Sung-Yoon et Lee Choon-Baek (29 avril)
Article mis en ligne le 21 avril 2020
dernière modification le 6 mars 2020

par C.P.
logo imprimer

Nous les chiens
The Jokers/Les Bookmakers
Film d’animation de Oh Sung-Yoon et Lee Choon-Baek (29 avril)

Abandonné par ses maîtres, Moong-chi va se trouver lui-même mais aussi la liberté, la nature et l’amour grâce à ses rencontres avec d’autres chiens ayant subi le même sort. Un film dont le classicisme de l’animation en fait la qualité au même titre que son message universel.

Abandonné en forêt par son maître, Moong-chi rencontre Jjang-a et ses amis Rose, Bleu et Gaeko. En ville, il apprend à leurs côtés à survivre et éviter le méchant Chasseur de chiens. Le gentil cuisinier Chyamalan les nourrit parfois. Un chiot malade recueilli meurt. Gaeko leur parle d’un Eldorado sans humains. Intrigué, Moong-chi retourne dans la forêt. Y croise une meute pourchassant un sanglier. Tombe amoureux de Ba-Mi. Elle se méfie. Rejeté, il retrouve Jjang-a et ses amis. Jjang-a refusant de le suivre après que Chyamalan et eux ont été virés du restaurant Moong-chi repart seul. Voulant prouver à Ba-mi qu’il sait chasser, il libère des chèvres. Furieux, le fermier prévient le Chasseur de chiens.

Moong-Chi retrouve Ba-Mi. Repérés par le Chasseur, la meute est traquée. Attrapés, Moong-chi et Tori, fils du Chef de meute, sont mis en fourrière. Moong-chi muni d’un traceur GPS. Le Chef de meute, sa compagne et Ba-Mi les libèrent. En route, ils retrouvent Jjang-a et son groupe allant vers la montagne car leur coin a été démoli. Traversant une autoroute, le père et la mère de Tori sont tués. Le groupe trouve refuse chez un couple soignant les chiens blessés. Ba-mi se rapproche de Moong-chi. Grâce au traceur, le Chasseur les repère. S’ensuit une lutte entre Moong-chi, Ba-mi et le Chasseur. Vaincu, il finit bloqué sur une mine. Ba-Mi, Moong-chi, Gaeko et Tori quittent le couple. Jjang-a reste car tombé amoureux de Lune. Après avoir franchi non sans mal une zone démilitarisée, le groupe a enfin accès à son paradis.

Encore une perle du cinéma d’animation venue d’Extrême-Orient ! Sur le plan formel, les “à peu près” dans le mouvement, les couleurs et les lignes de ce mix de 2D pour les fonds et de 3D pour les personnages si éloignés du lissage numérique ouvre un espace infini à notre imaginaire. Quant au fond, il se double d’un message aussi simple que beau sur la solidarité, la confiance à redonner quand on a été trahi et la nécessité d’avoir un Idéal pour sublimer les avanies d’un monde abîmé (par les humains). À ce titre, les sentiments positifs s’appuient sur une Nature lumineuse et le sordide sur les noirceurs de l’univers urbain pour mieux aboutir à cette question de fond : faut-il se résigner à sa servitude pour survivre ou oser l’aventure au nom de ses rêves afin de s’émanciper ? La séquence finale où la frontière entre les deux Corées se mue en passage vers la liberté, par-delà la réalité, y répond par une métaphore splendide. De même, le couple de “sauveteurs” évite de façon touchante et édifiante le manichéisme porté par le méchant chasseur. L’humour, enfin, discret mais permanent, oscille entre les gags de situation et les remarques des chiens. Voire une amusante autocitation avec le film précédent des réalisateurs : Lili, à la découverte du monde sauvage (2011). Outre que la mort des parents de Tori ôte toute mièvrerie au récit, elle compense l’ellipse de celle du chevreuil chassé par nos fugitifs. Ainsi, vu du début à la fin à travers le regard de nos amis les bêtes, ce film fera le bonheur d’une sortie en famille alors que l’animal et la maltraitance dont il est trop souvent victime trouvent enfin une juste résonance dans notre société.


Dans la même rubrique

Gloria Mundi de Robert Guédiguian
le 14 mai 2020
La Llorona de Jayro Bustamante, Nuestras Madres de César Diaz. Mémoire et déni de la dictaure au Guatemala
le 11 avril 2020
Matthias et Maxime de Xavier Dolan (VOD 30 mars)
le 5 avril 2020
La Bonne épouse de Martin Provost (11 mars 2020)
le 9 mars 2020
Monsieur Deligny, vagabond efficace de Richard Copans (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
L’ombre de Staline (Mr Jones) de Agnieszka Holland (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. Femmes et cinéma
le 3 mars 2020
La Communion de Jan Komasa (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Monos de Alejandro Landes (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
THEE WRECKERS TETRALOGY de Rosto (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Tout peut changer ! de Tom Donahue (19 février 2020)
le 18 février 2020
Entretien avec Amjad Abu Alala, réalisateur de Tu mourras à 20 ans
le 18 février 2020
La réouverture du théâtre de Suresnes Jean Vilar
le 17 février 2020
Sortilège de Ala Eddine Slim (19 février 2020)
le 17 février 2020
Lettre à Franco de Alejandro Amenabar (19 février 2020)
le 17 février 2020
Bébert et l’omnibus d’Yves Robert (copie restaurée - 19 février 2020)
le 17 février 2020
Des hommes. Film documentaire de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet (19 février)
le 17 février 2020
Plogoff, des pierres contre des fusils. Film documentaire de Nicole Le Garrec (12 février 2020)
le 17 février 2020
Cancion sin nombre (Song without a name) de Melina León (18 mars 2020)
le 17 février 2020
Le capital au XXIème siècle. Film documentaire de Justin Pemberton et Thomas Piketty (18 mars 2020)
le 17 février 2020

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2