DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
THEE WRECKERS TETRALOGY de Rosto (4 mars 2020)
Article mis en ligne le 2 mars 2020

par C.P.
logo imprimer

Thee Wreckers TETRALOGY de Rosto, au cinéma le 4 mars. Des images, des musiques, une déambulation fascinante dans l’univers surréaliste d’un artiste, Rosto, aux multiples dons et facettes créatives… En découvrant Thee Wreckers Tetralogy, c’est tout un pan des possibilités filmiques qui se révèlent par l’immersion dans un espace au delà de l’écran et c’est un choc.

Rosto, réalisateur, illustrateur et musicien nous entraîne dans un monde à la fois proche et onirique à l’extrême, un peu à la manière d’Alice lorsqu’elle goûte au champignon qui l’introduit à d’autres visions, d’autres regards… Et ce qui est peut-être le plus impressionnant, c’est la fabrication de cet univers qui, du point de vue de l’image, garde sa forme artisanale, ce qui en amplifie encore la caractéristique hallucinogène et la liberté du sans bornes.

En fait, il n’y a ni fin, ni commencement, juste des passages par l’eau, la mer, les éléments, la danse des oiseaux, qui scandent les différentes phases d’un récit visuel, musical, qu’il serait vain de vouloir séparer. Les deux supports sont à ce point imbriqués qu’il est impossible d’en disjoindre les effets. Indissociables les images et la bande son, qui représente selon Rosto une quatrième dimension, augmente l’espace du film : « le son vous englobe et vous pousse à l’intérieur du film ».

De Beheaded à Reruns, en passant par son roman graphique Mind My Gap, dont il devait faire un long métrage, chacune des œuvres de Rosto est, comment le dire, « un voyage entre le réel et l’imaginaire ». C’est également s’immiscer dans un univers fantasmé et libre.
 Rosto, en mettant en images ses mondes rêvés, en utilisant des techniques graphiques et cinématographiques, met en place une désinhibition des codes, des représentations et ouvre ainsi l’écran à des récits multidimensionnels et intemporels, de la mémoire de l’enfance au cauchemar, du souvenir au gouffre…

L’expérience de Thee Wreckers Tetralogy déclenche des émotions et des sensations étonnantes, dues sans doute à la musique au cœur du film, c’est aussi une impression du no limits, et d’abandon des critères habituels pour les films d’animation, musicaux ? « Cette tétralogie conçue comme un cadavre exquis (chaque nouvel épisode commence là où le précèdent se termine) met en scène la mort du groupe originel de Rosto THE Wreckers pour le voir renaitre sous la forme du groupe virtuel THEE WRECKERS. » Cadavre exquis, c’est bien le terme, car je n’ai cessé d’avoir en tête des textes construits, en écriture automatique, des animations, des processus surréalistes dans la lignée d’un Benjamin Péret, transcendant à la fois l’intime, l’introspection et le mythique… « Si vous faîtes un rêve seul, c’est un rêve. Si vous le faîtes à plusieurs, c’est la réalité »…

Et à part le film, Thee Wreckers TETRALOGY — fulgurante découverte —, se profilent aussi une exposition autour des créations de Rosto, la sortie d’un livre graphique, de DVD, coffrets, de vyniles…

https://theetetralogy.com/


Dans la même rubrique

Gloria Mundi de Robert Guédiguian
le 14 mai 2020
Nous les chiens de Oh Sung-Yoon et Lee Choon-Baek (29 avril)
le 21 avril 2020
La Llorona de Jayro Bustamante, Nuestras Madres de César Diaz. Mémoire et déni de la dictaure au Guatemala
le 11 avril 2020
Matthias et Maxime de Xavier Dolan (VOD 30 mars)
le 5 avril 2020
La Bonne épouse de Martin Provost (11 mars 2020)
le 9 mars 2020
Monsieur Deligny, vagabond efficace de Richard Copans (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
L’ombre de Staline (Mr Jones) de Agnieszka Holland (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. Femmes et cinéma
le 3 mars 2020
La Communion de Jan Komasa (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Monos de Alejandro Landes (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Tout peut changer ! de Tom Donahue (19 février 2020)
le 18 février 2020
Entretien avec Amjad Abu Alala, réalisateur de Tu mourras à 20 ans
le 18 février 2020
La réouverture du théâtre de Suresnes Jean Vilar
le 17 février 2020
Sortilège de Ala Eddine Slim (19 février 2020)
le 17 février 2020
Lettre à Franco de Alejandro Amenabar (19 février 2020)
le 17 février 2020
Bébert et l’omnibus d’Yves Robert (copie restaurée - 19 février 2020)
le 17 février 2020
Des hommes. Film documentaire de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet (19 février)
le 17 février 2020
Plogoff, des pierres contre des fusils. Film documentaire de Nicole Le Garrec (12 février 2020)
le 17 février 2020
Cancion sin nombre (Song without a name) de Melina León (18 mars 2020)
le 17 février 2020
Le capital au XXIème siècle. Film documentaire de Justin Pemberton et Thomas Piketty (18 mars 2020)
le 17 février 2020

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2