DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Gilles Tourman
Je ne rêve que de vous. Film de Laurent Haynemann (15 janvier 2020)
Article mis en ligne le 24 janvier 2020

par C.P.
logo imprimer

Je ne rêve que de vous. Film de Laurent Haynemann.
Avec Elsa Zylberstein, Hyppolyte Girardot, Emilie Dequenne, Mathilda May, Philippe Torreton, Gregori Derangère, Thomas Chabrol, Jérôme Deschamps.

C’est un drame historique sur les amours qu’entretinrent Jeanne Reichenbach, d’origine juive, et Léon Blum de 1940 à 1945, entre ses internements au Portalet et à Buchenwald et son procès à Riom. Une passionnante page d’Histoire et d’amours mais pas toujours très subtilement mise en scène et en dialogue.

Jeanne arrive au château Le Fauconnier en juin 43 pour rencontrer Léon Blum. En off, elle s’adresse à sa petite-fille. Trois ans plus tôt, en pleine débâcle, elle se rend à Bordeaux où le gouvernement se replie, Blum avec lui. Elle croise son 1er mari, qui compte passer en Espagne avec leur fils Georges. Ils sont refoulés. Le second, Henri Reichenbach part pour New York. Jeanne retrouve Blum dont les tentatives officielles de rejoindre Alger ont échoué. Renée, belle-fille de Blum, est d’abord hostile à Jeanne. Pétain obtient les pleins pouvoirs et fait emprisonner ses ennemis dont Blum et Georges Mendel. Devant le réconfort qu’elle apporte à Blum, Renée finit par accepter Jeanne.

Les années passent… Accompagnée de Renée, devenue amie, Jeanne visite Blum incarcéré au Portalet (Pyrénées) puis lui procure un ami avocat en vue de son procès à Riom. Elle parle amour, Blum répond Histoire et politique. Jeanne se lie aussi d’amitié avec les femmes de Mendel et de Jean Zay. Déjà sans nouvelles de Georges, elle craque en apprenant le suicide d’Henri. Blum obtient de la voir. Il la demande en mariage. Georges, lui, a rejoint Londres. Blum étant emprisonné avec Mendel à 800 m du camp de Buchenwald, Jeanne obtient de Laval de l’y retrouver. Les mois s’écoulent. Mendel est assassiné après l’assassinat d’Henriot. En 1945, le couple s’installe à Jouy-en-Josas, chez Jeanne, où il reçoit la visite de la femme de Georges, mort dans les Ardennes, et de leur bébé.

En adaptant les amours peu connues qui lièrent durant la seconde guerre mondiale Léon Blum et Jeanne Reichenbach, révélées par le livre Blum 1940/45 de Danièle Missika, Laurent Heynemann réalise un film dont l’indéniable intérêt de par ses entrelacs entre Grande Histoire et vies intimes est gâché par un féminisme pas toujours subtil et des dialogues souvent ampoulés. En guise d’exemple, et sans préjugé de sa véracité, la façon dont Jeanne convainc autoritairement les geôliers de Blum de lui fournir de quoi le laver en invoquant les congés payés. Ou ces deux saynètes à l’emporte-pièce pour évoquer la haine antisémite et la honte face à la défaite. Quel dommage que dans sa louable intention de rendre à travers Jeanne leur statut d’héroïnes aux femmes, le réalisateur n’ait pas choisi de creuser le thème de l’engagement et de ses conséquences qui affleure pourtant. Prudent et fidèle, presque maternant, chez Renée qui retrouvera son mari. Passionnel chez Jeanne qui “sauvera” Blum, mais suscitera le suicide de son deuxième mari, Henri Reichenbach (un des fondateurs de Prisunic). Et l’action via son fils Georges qui y perdra la vie, mais lui laissera une petite-fille. Il y avait là, par les temps qui courent, une matière salutairement politique de traiter le sujet tout en nous faisant admirer la folle persévérance de Jeanne. Tout comme est éludé l’aveuglement de ces personnages, emprisonnés dans des conditions difficiles mais supportables, et leur ressenti quand ils en découvriront un autre aspect à la libération de Buchenwald. Passées ces réserves, il reste un film agréable à suivre, à la reconstitution soignée, au tempo bien rythmé.


Dans la même rubrique

La Bonne épouse de Martin Provost (11 mars 2020)
le 9 mars 2020
Monsieur Deligny, vagabond efficace de Richard Copans (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
L’ombre de Staline (Mr Jones) de Agnieszka Holland (18 mars 2020)
le 9 mars 2020
Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. Femmes et cinéma
le 3 mars 2020
La Communion de Jan Komasa (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Monos de Alejandro Landes (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
THEE WRECKERS TETRALOGY de Rosto (4 mars 2020)
le 2 mars 2020
Tout peut changer ! de Tom Donahue (19 février 2020)
le 18 février 2020
Entretien avec Amjad Abu Alala, réalisateur de Tu mourras à 20 ans
le 18 février 2020
La réouverture du théâtre de Suresnes Jean Vilar
le 17 février 2020
Sortilège de Ala Eddine Slim (19 février 2020)
le 17 février 2020
Lettre à Franco de Alejandro Amenabar (19 février 2020)
le 17 février 2020
Bébert et l’omnibus d’Yves Robert (copie restaurée - 19 février 2020)
le 17 février 2020
Des hommes. Film documentaire de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet (19 février)
le 17 février 2020
Plogoff, des pierres contre des fusils. Film documentaire de Nicole Le Garrec (12 février 2020)
le 17 février 2020
Cancion sin nombre (Song without a name) de Melina León (18 mars 2020)
le 17 février 2020
Le capital au XXIème siècle. Film documentaire de Justin Pemberton et Thomas Piketty (18 mars 2020)
le 17 février 2020
Chut… ! de Alain Guillon et Philippe Worms (26 février 2020)
le 13 février 2020
Tu mourras à 20 ans de Amjad Abu Alala (12 février 2020)
le 11 février 2020
Un Soir en Toscane de Jacek Borcuch (5 février 2020)
le 11 février 2020

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2