DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Au Cœur du monde de Gabriel Martins et Maurilio Martins (18 décembre 2019)
Article mis en ligne le 17 décembre 2019

par C.P.
logo imprimer

Au Cœur du monde
Film de Gabriel Martins et Maurilio Martins (18 décembre 2019)

Entre Rio et Brasilia, Contagem, qui jouxte Belo Horizonte, est une ville importante qui regroupe en grande partie une population pauvre et noire. « Belo Horizonte, c’est le Texas », dit une des chansons du film. En pleine fête d’anniversaire, un jeune homme est abattu. Une vengeance ? On ne sait pas, mais le meurtre aura des conséquences sur les vies de Selma, Ana, Marcos, Beto et Miro, qui veulent partir de la ville pour certains et certaines, améliorer leurs conditions de vie dans ce quartier « au cœur du monde », enfin gagner leur indépendance. Et parfois, cela passe par braquer de riches demeures hautement sécurisées. Parce qu’à Contagem comme dans toutes ces villes, il y a les très pauvres, les pauvres et les très riches qui s’entourent de vigiles et de murs.

Sur fond musical, les visages du quartier défilent en écho de la bande son Il n’y a là aucun exotisme, juste le constat d’une population de laissé.es pour compte. Les deux réalisateurs viennent de Contagem et filment leur espace de vie avec réalisme et empathie, ils le connaissent, l’habitent, le montrent ainsi leur vécu, une réalité de l’intérieur. Gabriel et Maurilio Martins revendiquent un cinéma périphérique, un cinéma qu’on a pas l’habitude de voir, sans artifices ni exotisme, sans complaisance ni voyeurisme. C’est une caméra plongée dans la réalité, quasi documentaire qui enrichit la fiction.

« Nous vivons dans des limbes [dit Gabriel], distantes de tout et le transport que nous avons le plus utilisé dans notre vie est le bus. Cela induit une certaine perspective pour faire du cinéma. Faire du cinéma, se projeter à vivre du cinéma, n’a jamais été un choix facile. Il a fallu lutter beaucoup, cela a été clairement plus difficile que pour quelqu’un qui vit dans un centre-ville, pas seulement pour des questions économiques mais plus littéralement géographiques. Avoir vécu une adolescence dans un quartier comme le nôtre induit autre chose, y passer le week-end, s’y promener avec les gens, jouer à l’église... C’est une expérience qui a à voir avec la rue et la communauté. Je ne peux pas parler pour toutes les périphéries du Brésil, mais je pense qu’il s’agit là d’aspects communs. On retrouve une configuration de moindre investissement des pouvoirs publics, de pouvoir d’achat peu important de la population, une absence de figures de pères, un leadership féminin fort. Je vois la périphérie comme un lieu qui, aujourd’hui, peut amener de nouvelles pratiques, de nouvelles idées, de nouveaux personnages, de nouveaux corps, grâce à de nouveaux cinéastes, par-delà une histoire du cinéma restée jusque-là très bourgeoise. »

Ce cinéma différent, périphérique, ils et elles se sont plusieurs à y croire, à vouloir saisir la réalité sociale du pays sur le vif, et pour ce faire et garder leur indépendance ces jeunes cinéastes ont créé une maison de production. C’est d’autant plus important dans la situation actuelle du Brésil, comme le déclare Maurillo : « c’est effectivement un moment sombre où nous assistons à la destruction du pays, dont le cinéma fait évidemment partie. Il a fallu des années pour construire certaines choses : les politiques LGBT, la question identitaire, de genre, notamment. Avec Bolsonaro, la place des femmes est revenu trente ans en arrière. Il y a de quoi se décourager. Mais en aucun cas je vais arrêter de faire des films. »

Au Cœur du monde est soutenu tant par l’interprétation exceptionnelle des comédiens et comédiennes que par l’implication de la population. Le projet a mis du temps pour se monter, mais il n’en a que plus de force.
Le cinéma périphérique brésilien, un nouveau cinéma brésilien passionnant, un autre cinéma, engagé, politique. Un vrai regard social et, comme les deux réalisateurs en font la remarque : le Brésil est immense et combien de Contagem existent dont on ne sait rien ?

Un film à voir et à soutenir. Au Cœur du monde est sur les écrans à partir du 18 décembre.


Dans la même rubrique

Pahokee. Une jeunesse américaine de Ivete Lucas et Patrick Bresnan (11 décembre 2019)
le 18 décembre 2019
Lillian d’Andreas Horwath (11 décembre 2019)
le 17 décembre 2019
Jésus de Hiroshi Okuyama (25 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Benjamin de Simon Amstell (25 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Après la nuit de Marius Olteanu (18 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Un été à Changsha de Zu Feug (4 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Paroles de bandits. Film documentaire de Jean Boiron-Lajous (18 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Jeune Juliette de Anne Émond (11 décembre 2019)
le 4 décembre 2019
Un été à Changsha de Liu Yu Tian (4 décembre 2019 )
le 28 novembre 2019
Tenzo de Katsuya Tomita (27 novembre 2019)
le 27 novembre 2019
Les Enfants d’Isadora de Damien Manivel (20 novembre 2019)
le 27 novembre 2019
Les Éblouis de Sarah Suco (20 novembre 2019)
le 27 novembre 2019
In Fabric de Peter Strickland (20 novembre 2019)
le 27 novembre 2019
Noura rêve de Hinde Boujemaa (13 novembre 2019)
le 15 novembre 2019
In Fabric de Peter Strickland (20 novembre 2019)
le 15 novembre 2019
Knives and Skin de Jennifer Reeder (20 novembre 2019)
le 15 novembre 2019
La Bonne réputation d’Alejandra Marquez Abella (16 octobre 2019)
le 7 novembre 2019
Warrior women de Christina D. King et Elizabeth A. Castle (16 octobre 2019)
le 7 novembre 2019
Au bout du monde de Kiyoshi Kurosawa (23 octobre 2019)
le 3 novembre 2019
Braquer Poitiers de Claude Schmitz (23 octobre 2019)
le 3 novembre 2019

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2