DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Le grand cirque électoral. Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations. Zvonimir Novak
(éditions l’échappée)
Article mis en ligne le 4 décembre 2019

par C.P.
logo imprimer

Le grand cirque électoral
Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations

Zvonimir Novak (éditions l’échappée)

Le grand cirque électoral. Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations de Zvonimir Novak… On pourrait déjà résumer le propos de ce livre en soulignant son but, bien précis, celui d’exposer les mécanismes de notre système politique et les terribles batailles pour le pouvoir qu’il engendre, et ceci en optant d’examiner la foisonnante propagande visuelle qui existent sur le sujet. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir les yeuxen images, comme l’écrit l’auteur d’entrée de jeu. L’ouvrage ne rassemble en effet pas moins de 390 documents — tracts, stickers, affiches, photos, etc… — pour rappeler les promesses non tenues, les mensonges et autres billevesées ressassées de tous temps par les politicien.nes et les médias, pour ainsi rafraîchir notre mémoire historique et battre en brèche les illusions soigneusement entretenues sur une soi-disant « démocratie ». Ça y est le grand mot est lâché !

« Depuis le début du suffrage universel en 1848 jusqu’à nos jours, une profusion d’images hautes en couleurs, insolentes et drolatiques, n’a jamais cessé de pourfendre les candidats aux plus hautes fonctions et de dénoncer un modèle politique jugé absurde. » Certain.es diront que c’est une tradition hexagonale, mais c’est un peu rester confiné.es si l’on regarde ailleurs, bien que l’idée soit séduisante.

« Votez oui, votez non, mais votez ! » On connaît l’antienne : obéir à l’injonction est un « devoir citoyen » et gare à ceux et celles qui y dérogent car « chaque vote construit la France ». La « chasse aux pêcheurs à la ligne » est ouverte pour stigmatiser ces irresponsables… Remarque : cela s’adresse aux hommes, pas de pêcheuses ! Il est vrai que le droit de vote accordé aux femmes ne date que de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« Souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner. L’homme que tu élèves ne représente ni ta misère, ni tes aspirations, ni rien de toi ; il ne représente que ses propres passions et ses propres intérêts, lesquels sont contraires aux tiens. » Octave Mirbeau dans son livre la Grève des électeurs, publié en 1888. Il y décrit d’ailleurs la fébrilité des campagnes électorales qui, même si les moyens de communication évoluent, ne changent en rien sur le fond. Ce n’est finalement qu’une question de supports. « On ne pourra faire un pas […] sans voir étalés sur les murs, sur les troncs d’arbres, sur les barrières des champs et les poteaux indicateurs des traverses, l’infinie sottise, l’infinie malpropreté de la politique. Chaque maison sera transformée en club ; il y aura sur chaque place publique des meetings hurleurs ; en haut de chaque borne, de bizarres personnages, vomis d’on ne sait quels fonds secrets, […] arrachés à l’obscurité gluante, d’on ne sait quelles cavernes journalistiques, gesticuleront, brailleront, aboieront, et, les yeux injectés de sang, la gueule écumante et tordue, nous promettront le bonheur. »
Une description, on ne peut plus réaliste et horrifique, qui a de quoi briser net les élans soit-disant patriotiques qui consistent à mettre un bulletin dans l’urne, et de rentrer chez soi en continuant de croire au père Noël ou à l’intervention extraordinaire d’un « chevalier blanc » quelconque.

C’est tout cela que décrit Le grand cirque électoral. Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations avec retour sur les scandales et autres entourloupes… Et si les membres de la caste politique se tiennent les coudes, soutenus par une presse à la botte, il y a quand même d’autres journaux, critiques ceux-là, L’Assiette au beurre, ou Le Libertaire par exemple. Enchaîné à l’État, « l’homme qui vote dépose sa volonté dans une boîte afin de la reprendre au bout de quatre ans… si on le lui permet. Vive l’anarchie ! »

« Les anars crachent leur rage » certes, mais également leur bon sens : « Votez c’est “choisir” son oppresseur » ; les images impertinentes sont nombreuses et les talents critiques sont pléthore. Pour reprendre une autre affiche de la fédération anarchiste : « Que personne ne décide à notre place ». Alors au lieu de voter, il vaut mieux préparer la révolte, non ?

Le grand cirque électoral. Une histoire visuelle des élections et de leurs contestations de Zvonimir Novak (L’Échappée) [1]…Il y a dans ce livre de quoi aiguiser la critique, s’instruire et rire (jaune).

Notes :

[1Zvonimir Novak est spécialisé dans l’imagerie politique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces sujets parmi lesquels La lutte des signes, 40 ans d’autocollants politiques (Éd. Libertaires, 2009). Et :




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2