DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Gilles Tourman
Les petits maîtres du Grand hôtel de Jacques Deschamps (25 septembre 2019)
Article mis en ligne le 23 septembre 2019

par C.P.
logo imprimer

Les petits maîtres du Grand hôtel
Comédie musicale documentaire de Jacques Deschamps.

Une plongée formellement originale aux côtés d’une dizaine d’élèves de l’école hôtelière de Grenoble en stage de formation au Grand Hôtel Lesdiguières. Un doc de bout en bout en… chanté et enchanteur sur les coulisses d’un métier exigeant surtout quand on est adolescent.

À force d’infos et d’émissions TV de pur divertissement, on pensait avoir tout vu sur la façon de présenter les métiers de la restauration en général et de la vie hôtelière en particulier. Il fallait donc une belle inspiration et un sacré culot pour avoir l’idée d’incorporer au fil du récit de courtes chansons – et même des pas de danse ! - sans faire digression ni paraitre factice. D’autant que le pari est magnifiquement tenu. Outre qu’elles allègent et rythment le propos, elles le servent. Par exemple en éclairant les origines sociales, les ressorts psychologiques et les motivations des personnels lycéen et encadrant. En multipliant les styles (rap, chanson populaire, style comédie musicale, ritournelles, etc) et en les faisant astucieusement alterner avec les séquences de pur documentaire, Jacques Deschamps donne à sa plongée au cœur du Grand Hôtel Desglières une atmosphère à la Jacques Demy doublée d’un sens de l’observation rappelant le Playtime de Jacques Tati. Le rythme épouse ainsi les temps de cours posés et le mouvement perpétuel autant que cadencé des activités en cuisine, en salle, dans les chambres…

À ce titre, la bande son est essentielle, avec ses cliquetis de couverts, le martèlement des talons, le murmure des voix… Les couleurs sont à l’avenant : on passe des tons gris, blanc et noir des cuisines aux ocres et blancs du restaurant et autres couleurs primaires des chambres.
Mais surtout, le réalisateur décrypte à travers les réactions de sa dizaine d’élèves de l’école, hôtelière de Grenoble les coulisses et les rigueurs d’un métier complexe tant par ses codes que par le fait de recevoir une clientèle particulière (riche).

Plus édifiant encore, la découverte que nous faisons d’une jeunesse tiraillée entre idéal et réalité : « Tu es en noir et blanc alors dehors, on te croit riche. Finalement, tu nettoies les toilettes » soupire Lucas pas certain de poursuivre dans cette voie. D’autant qu’il a du mal à regarder les gens dans les yeux, une obligation dans ce métier. Laurine, elle, s’agace de devoir dire systématiquement « s’il vous plaît » aux clients. Quand elle ne prend pas, durant un cours, des guillemets (de citation) pour d’incompréhensibles 22 ! Il y a encore cette jeune fille qui connaît Émile Zola car c’est le nom de la rue où elle habite. Tel un inventaire à la Prévert, on citera le méticuleux, la râleuse, l’indécise, la rebelle au sentiment de soumission qu’elle ressent, etc. « Il n’y a pas de mauvais élèves mais il faut des rêves » chante le chef des travaux tandis que les enseignants s’amusent de la désuétude du vocabulaire (parler de préséance), de sa spécialisation incongrue (savoir ce qu’est un pédoncule) ou de ses particularismes : rendre une table “commercialisable”. Volontaire ou non l’humour y est ainsi permanent.

In fine tout autant qu’un métier proche de la vocation, émerge en filigrane le portrait d’une adolescence écartelée entre les élans de son âge et les rigueurs d’un métier qui exige de la passion pour tenir le coup. Ce n’est pas le moindre intérêt de ce film à la fraîcheur roborative dont l’authenticité, le culot et les divers niveaux de lecture et de joie qu’il apporte nous régalent.


Dans la même rubrique

Une œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck (17 juillet 2019)
le 23 septembre 2019
Dieu, Brando et moi de Gilles Tourman
le 23 septembre 2019
Vif-argent de Stéphane Batut
le 10 septembre 2019
Le Mariage de Verida de Michela Occhipinti et Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec
le 10 septembre 2019
Reza d’Alireza Motamedi et le Déserteur de Maxime Giroux
le 9 septembre 2019
Rojo de Benjamin Naishtat (3 juillet 2019)
le 7 juillet 2019
Contre ton cœur, un film de Teresa Villaverde (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Dirty God, un film de Sacha Polak (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
So Long, My Son, film de Wang Xiaoshuai (3 juillet 2019)
le 5 juillet 2019
Anna, un jour de ZSofia Szilàgyl (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Ville Neuve, un film de Félix Dufour-Laperrière (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Yves, un film de Benoît Forgeard (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Bixa Travesty. Film documentaire de Claudia Priscilla et Kiko Goifman (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Buñuel. Après l’âge d’or de Salvador Simo (19 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Un Havre de paix de Yona Rozenkier (12 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Michael Cacoyanis… Le réveil grec : Trois films de Michael Cacoyanis, le Réveil du dimanche, la Fille en noir et Fin de crédit.
le 21 mai 2019
Meurs, monstre, meurs d’Alejandro Fadel (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Petra de Jaime Rosales (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Divorce à l’italienne de Pietro Germi (15 mai 2019)
le 13 mai 2019
Fugue d’Agnieszka Smoczynska (8 mai 2019)
le 13 mai 2019

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2