DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Bixa Travesty. Film documentaire de Claudia Priscilla et Kiko Goifman (26 juin 2019)
Article mis en ligne le 5 juillet 2019

par C.P.
logo imprimer

Bixa Travesty est un portrait fascinant de la rappeuse transgenre Linn da Quebrada. Linn a une présence incroyable sur scène qui n’a d’égal que son courage à provoquer sans aucune retenue le machisme brésilien.

Originaire d’une région très pauvre de São Paulo, Linn da Quebrada est belle et charismatique ; elle se revendique comme « terroriste du genre » et sait les risques qu’elle prend en s’exposant ainsi, surtout depuis l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir. Elle considère ses compositions funk et ses shows comme une arme contre le machisme et n’hésite pas à affronter en direct les préjugés sexuels et raciaux. « À bas les machos ! ». À bas ceux qui l’appellent la « folle de la favela », ni homme ni femme, ceux qu’elles dérangent, ceux qui « baisent, consomment et se barrent » ! Bon, ajoute Linn, « Je vais me faire tatouer “ELLE” sur le front pour ne plus entendre “il”. »

Son corps, sa voix, ses textes, la gestuelle qu’elle adopte sur scène sont autant d’expressions de la transgression et de la subversion. « C’est dans la musique que je déconstruis le désir », explique-t-elle et ses performances sont à coup sûr politiques et surtout essentielles dans une société dominée par les églises évangélistes et un régime qui s’acharne sur les minorités. Dans un tel contexte social où toute forme de marginalité est diabolisée, le langage de Linn da Quebrada bouscule tous les préjugés et les stéréotypes.

« L’un des éléments les plus importants [confie Claudia Priscilla, co-réalisatrice du film], c’est le discours autour du corps, et de cette nouvelle ère dans laquelle nous vivons. Il n’y a plus deux genres, il y a beaucoup plus de possibilités que cela. C’est un vrai message sur l’opportunité de vivre librement notre rapport à notre propre corps, de vivre notre vie. [Le Brésil est] le pays qui a la communauté de personnes transgenres la plus importante au monde, c’est essentiel de parler de ce sujet ici et maintenant. Le Brésil est un endroit très violent avec ces personnes, aucune loi spécifique ne les protège et ça ne va pas s’arranger… »

Au moment du retour inquiétant d’un conservatisme de droite, qui évidemment s’accompagne d’une recrudescence de violences racistes et de machistes, Bixa Travesty — littéralement « pédé travesti » — est un film subversif et politique, co-réalisé en équipe par Claudia Priscilla et Kiko Goifman, avec Linn da Quebrada.

Bixa Travesty (le titre est emprunté à une chanson de Linn) est sur les écrans depuis le 26 juin.


Dans la même rubrique

Rojo de Benjamin Naishtat (3 juillet 2019)
le 7 juillet 2019
Contre ton cœur, un film de Teresa Villaverde (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Dirty God, un film de Sacha Polak (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
So Long, My Son, film de Wang Xiaoshuai (3 juillet 2019)
le 5 juillet 2019
Anna, un jour de ZSofia Szilàgyl (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Ville Neuve, un film de Félix Dufour-Laperrière (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Yves, un film de Benoît Forgeard (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Buñuel. Après l’âge d’or de Salvador Simo (19 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Un Havre de paix de Yona Rozenkier (12 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Michael Cacoyanis… Le réveil grec : Trois films de Michael Cacoyanis, le Réveil du dimanche, la Fille en noir et Fin de crédit.
le 21 mai 2019
Meurs, monstre, meurs d’Alejandro Fadel (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Petra de Jaime Rosales (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Divorce à l’italienne de Pietro Germi (15 mai 2019)
le 13 mai 2019
Fugue d’Agnieszka Smoczynska (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Her Job de Nikos Labôt (1er mai 2019)
le 13 mai 2019
Lettre à Inger. Une histoire d’engagement de Lucia Castrillon (1er mai 2019)
le 8 mai 2019
Quand nous étions sorcières de Nietzchka Keene (8 mai 2019)
le 8 mai 2019
The Reports on Sarah & Saleem de Muayad Alayan (8 mai 2019)
le 6 mai 2019
Tremblements de Jayro Bustamante (1er mai 2019)
le 6 mai 2019
Dieu existe, son nom est Petrunya de Teona Strugar Mitevska (1er mai 2019)
le 6 mai 2019

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2