DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Tremblements de Jayro Bustamante (1er mai 2019)
Article mis en ligne le 6 mai 2019

par C.P.
logo imprimer

Tremblements
Film de Jayro Bustamante (1er mai 2019)


Tremblements est le récit d’un homme « gay et homophobe » à la fois, coincé entre un machisme omniprésent et des courants religieux évangélistes qui régissent la société guatémaltèque, sévissant également dans toute l’Amérique latine et dans une grande partie des États-Unis. « Les églises évangélistes ont pu prendre une telle importance au Guatemala à cause des carences même de l’État. Elles se sont souvent substituées à celui-ci pour assurer de nombreux services et une sorte d’unité sociale. »

Pablo, la quarantaine, est marié et a deux enfants. Il fait partie d’un milieu bourgeois, très encadré par la religion et les apparences. Lorsqu’il tombe amoureux de Francisco, c’est un véritable séisme pour lui et la famille. « J’ai honte, [dit-il] mais je me sens bien. » Mais sa famille n’accepte pas son choix de vivre. Elle voit dans son désir d’un autre homme, un péché, une malédiction, une possession, et fait appel à l’aide d’un pasteur, histoire de le soigner et de le remettre dans le « droit chemin ». Son épouse, Isa, lui demande : « Tu fais quelque chose pour guérir ? Je sais que tu n’es pas comme ça. Les enfants ont besoin d’une famille normale. J’ai honte quand tu me regardes. Le tort que tu leur fais est irréparable. »

Très vite la pression sociale s’accentue, dénoncé, il est licencié. Il lui est interdit de voir ses enfants, car les avocats de la famille font l’amalgame entre homosexualité et pédophilie. Il lui est en fait quasi impossible « de vivre en dehors des préceptes religieux, de s’échapper du cadre admis par la majorité, de vivre selon ses propres règles et désirs. »

Finalement Pablo cède à la famille et rencontre le pasteur évangéliste qui se fait protecteur — « nous sommes de grands pêcheurs » — et qui le persuade d’accepter une thérapie, tandis que sa mère et des femmes de la communauté religieuse prient pour « sauver » son fils. Les séances prennent des allures d’exorcisme, elles psalmodient : « Éloigne le démon de son corps ». Mais ce qui est le plus frappant, c’est que la famille est animée de bonnes intentions et est convaincue d’aider Pablo, l’homosexualité étant considérée comme une maladie.

Pablo suit donc une thérapie de groupe, effrayante et qui paraît complètement invraisemblable, et pourtant c’est une pratique courante… La cure comprend des prières, le vœu de silence et d’abstinence, la lutte physique — « vous êtes des hommes. Vous n’êtes pas des pédés ! » — des douches sous le contrôle vigilant de la pasteure. « La conversion va jusqu’à la castration chimique en plus de l’enseignement religieux, du coaching sur la masculinité et d’un régime alimentaire spécial ».

C’est un véritable lavage de cerveau que subit Pablo, mais tout à fait payant puisqu’il quitte son appartement en ville, fait son mea culpa auprès des siens et travaille même au sein de l’église. Il agit comme lobotomisé, littéralement hanté par la religion.

Tremblements de Jayro Bustamante est un film politique. C’est aussi une étude très impressionnante sur la main mise des évangélistes en Amérique du Sud, aux États-Unis… En Afrique aussi…

Tremblements de Jayro Bustamante est à voir au cinéma depuis le 1er mai.


Dans la même rubrique

Une œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck (17 juillet 2019)
le 23 septembre 2019
Dieu, Brando et moi de Gilles Tourman
le 23 septembre 2019
Les petits maîtres du Grand hôtel de Jacques Deschamps (25 septembre 2019)
le 23 septembre 2019
Vif-argent de Stéphane Batut
le 10 septembre 2019
Le Mariage de Verida de Michela Occhipinti et Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec
le 10 septembre 2019
Reza d’Alireza Motamedi et le Déserteur de Maxime Giroux
le 9 septembre 2019
Rojo de Benjamin Naishtat (3 juillet 2019)
le 7 juillet 2019
Contre ton cœur, un film de Teresa Villaverde (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Dirty God, un film de Sacha Polak (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
So Long, My Son, film de Wang Xiaoshuai (3 juillet 2019)
le 5 juillet 2019
Anna, un jour de ZSofia Szilàgyl (19 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Ville Neuve, un film de Félix Dufour-Laperrière (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Yves, un film de Benoît Forgeard (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Bixa Travesty. Film documentaire de Claudia Priscilla et Kiko Goifman (26 juin 2019)
le 5 juillet 2019
Buñuel. Après l’âge d’or de Salvador Simo (19 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Un Havre de paix de Yona Rozenkier (12 juin 2019)
le 1er juillet 2019
Michael Cacoyanis… Le réveil grec : Trois films de Michael Cacoyanis, le Réveil du dimanche, la Fille en noir et Fin de crédit.
le 21 mai 2019
Meurs, monstre, meurs d’Alejandro Fadel (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Petra de Jaime Rosales (8 mai 2019)
le 13 mai 2019
Divorce à l’italienne de Pietro Germi (15 mai 2019)
le 13 mai 2019

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2