DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Représentation des migrations au cinéma. Meltem de Basile Doganis. Styx de Wolfgang Fisher
Article mis en ligne le 20 mars 2019
dernière modification le 15 avril 2019

par C.P.
logo imprimer

Représentation des migrations au cinéma
Meltem de Basile Doganis (13 mars 2019)
Styx de Wolfgang Fisher (27 mars 2019)

La représentation des migrations dans le cinéma de fiction et le cinéma documentaire est depuis, quelque temps, récurrente, le nombre dramatique des morts en Méditerranée, la guerre civile en Syrie font que le sujet est un enjeu politique. La fiction comme le documentaire s’en font l’écho, dont Retorno à Hansala de Chus Gutiérrez (2008), Harragas de Merzak Allouache (2009), Fuocoammare. Par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi (2017), ou encore l’Autre côté de l’espoir d’Aki Kaurismäki (2017). L’afflux des migrant.es, le déplacement de populations qui fuient les guerres et la misère, leur confrontation à l’inhumanité de la plupart des États européens, les lois honteuses, le refus par des personnes d’être complices des autorités et les réactions xénophobes par d’autres, sont des sujets auxquels des cinéastes répondent et parfois s’engagent par la réalisation cinématographique. Le cinéma explore les différentes phases de la migration et les conséquences sur les personnes qui la subissent, mais aussi les effets sur les sociétés dans leur ensemble.

Le film documentaire de Maria Kourkouta et Niki Giannari, Des spectres hantent l’Europe, montre le quotidien des réfugié.es dans le camp d’Idoméni, à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, et exprime une idée fondamentale : celle du passage vers l’ailleurs, vers un espoir de vie meilleure.
La marche sans fin d’une multitude d’êtres humains, qui butte sur l’inaccessible, et les queues interminables pour manger, boire, se laver, se soigner, obtenir des informations, pour passer la frontière ou aller à l’école, pour tout… L’attente est la règle. Quant à passer de « l’autre côté » pourtant à portée de regard, le silence glaçant des autorités répond aux révoltes des réfugié.es résumées en un seul mot d’ordre, « Open the Border ! » (ouvrez les frontières !). Pour Maria Kourkouta et Niki Giannari, des Spectres hantent l’Europe n’évoque pas seulement la catastrophe humaine confrontée à l’indifférence et à la violence des États aujourd’hui, c’est aussi un regard historique sur la pérennité des exils forcés des populations.

La Lune de Jupiter de Kornel Mundruczo (2017) montre la violence et le racisme avec un réalisme documentaire. En Hongrie, les migrant.es sont traité.es avec une brutalité inouïe qui n’est pas sans rappeler les images de déportation de la Seconde Guerre mondiale.

Dans Isola (2017), Fabianny Deschamps opte pour un récit en forme de fable pour contrebalancer la dureté des scènes filmées clandestinement dans les zones militaires où se déroule le débarquement et le tri des réfugié.es. La réalisatrice filme « le protocole autoritaire en action : rétention, classification, identification… [Et] ces drames humains pointent l’échec de tout un système de pensée de notre civilisation moderne. »

Une Saison en France de Mahamat-Saleh Haroun (2018) accompagne une famille de Centre Afrique en attente du statut de réfugiée. Le film s’inspire de faits réels, dont l’immolation d’un homme dans les locaux de la cour nationale du droit d’asile. Le désespoir et l’angoisse de l’exil, le processus de perte d’identité et de repères poussent l’homme au suicide de la plus horrible manière. Une Saison en France décrit enfin la suspicion et la répression policières vis-à-vis des personnes qui apportent une aide aux réfugié.es.

Le film documentaire de Ai Weiwei, Human Flow (2018), constate une situation internationale dont les graves conséquences humaines n’ont pas d’équivalent depuis la Seconde Guerre mondiale. Tourné dans 23 pays durant un an, Human Flow donne la parole à celles et ceux qui vivent bloqué.es dans les camps de réfugié.es surpeuplés, devant des frontières hérissées de barbelés et des murs. Le film fait ainsi entendre la détresse, le découragement, le désarroi, la colère face aux décisions des autorités étatiques.

Dans l’Ordre des choses d’Andrea Segre (2018), il s’agit des accords négociés entre l’Union européenne et la Libye, accords destinés à enrayer la migration illégale entre les côtes libyennes et l’Italie. Or, après la découverte de marchés aux esclaves en Libye, gérés par les trafiquants et les groupes armés, la complicité et le cynisme des autorités européennes ne font aucun doute. La tentative de sauvegarder les apparences — pour les droits humains —, révèle la crise identitaire européenne face au dilemme de l’immigration. Renoncer aux principes d’humanité dont s’enorgueillit le monde occidental passe donc par le déni des droits humains, et financer des camps hors de l’espace européen.
Il faut, à ce propos, rappeler un fait historique. La Conférence d’Évian en 1938, organisée à l’initiative de Franklin Roosevelt pour « venir en aide aux juifs allemands et autrichiens fuyant le nazisme, peu après l’Anschluss ». Cette conférence, malgré sa volonté affichée, se borna au domaine rhétorique, hormis pour une seule mesure : la création du Comité intergouvernemental pour les réfugiés (CIR). Ce qui n’empêcha pas la Suisse, la Suède et la plupart des pays européens de fermer les frontières aux réfugié.es.

Deux autres films tout récents traitent de ce même sujet, en adoptant l’axe du personnel pour souligner la responsabilité individuelle face à l’indifférence des États, le dilemme d’assister ou non des personnes en danger.

Meltem de Basile Doganis (13 mars 2019)

Une jeune Française d’origine grecque, Elena, retourne dans sa maison familiale après la mort de sa mère, sur l’île de Lesbos. Deux amis, Nassim et Sekou, l’accompagnent, deux jeunes banlieusards qui découvrent les plages paradisiaques de l’île. Les trois jeunes ont un passé migratoire, ce qui va résonner avec la période du film — juillet 2015 —, marquée par la crise économique et l’afflux énorme de migrant.es sur l’île de Lesbos, près d’un demi million sur une île qui compte environ 86 000 habitant.es. Elena et ses deux amis rencontrent alors Elyas sur la plage. Elyas est un jeune réfugié syrien, mais il est important qu’il ne soit pas d’emblée vu comme un migrant, mais plutôt comme un jeune de leur âge. Les migrants, explique le réalisateur, « sont partout rendus invisibles, laissés hors champ. Il y a un enjeu fort, à la fois cinématographique et politique, dans le choix de faire entrer les migrants dans le champ cinématographique. Ils sont sans cesse déshumanisés, désindividualisés. »

Basile Doganis tenait d’ailleurs beaucoup à faire tourner des réfugié.es : « Pour ceux qui apparaissent dans le film, sans toujours occuper le devant de la scène, les réfugiés figurent dans un très grand nombre de plans, dans les rues, sur les quais. Et parfois, ce sont eux qui mènent le récit, à la manière d’un chœur tragique, comme dans la scène d’enterrement au cimetière : les réfugiés deviennent alors le point de focalisation, et les protagonistes de simples spectateurs. Le rapport de force peut alors s’inverser, tout comme la quête d’Elyas finit par faire bifurquer l’intrigue initiale du film, scellant avec elle le destin d’Elena et de ses amis. »

La Grèce est terre de migrations, l’arrière grand-mère d’Elena, Meltem, venait d’Asie mineure, lors de la migration de 1922. Meltem est à la fois un nom de femme et celui d’un vent imprévisible, un vent de tempête. Le choix du titre est symbolique, ayant des identités multiples et en perpétuel devenir. Sont également symboliques les plans filmés sous l’eau des corps des trois amis flottants près de la plage, dès le générique de début, comme une allusion aux corps noyés des migrant.es.

La rencontre d’Elyas, qui recherche sa mère, marque un tournant dans la vie d’Elena, une réconciliation avec sa mère, qu’elle n’avait pas revue avant sa mort, et avec le compagnon de celle-ci. Sur les dernières images, elle promet, en voix off, de retrouver la mère d’Elyas.

Meltem est une très belle illustration de la prise de conscience de jeunes gens face au problème de l’inhumanité des autorités.
Meltem de Basile Doganis en salles le 13 mars 2019.

Styx de Wolfgang Fisher (27 mars 2019)

Rike est docteure urgentiste et a quarante ans. Située à Cologne, la première partie du film fait le portrait d’une femme impliquée dans son métier et efficace. Très bonne navigatrice, Rike a un rêve, celui de rejoindre à partir de Gibraltar l’île de l’Ascension au nord de Sainte-Hélène, où Darwin avait planté une forêt. C’est aussi la promesse d’un merveilleux voyage en solitaire et en prise directe avec la nature. Dans cette seconde partie du film, elle est seule au milieu de l’Atlantique, mais très bien équipée et savoure pleinement son voyage, tout est sous contrôle.

Ces deux premières parties montrent une femme en pleine possession de ses moyens, heureuse de voguer vers le but qu’elle s’est fixé. Les sons de la nature, du vent, des vagues ont une très grande importance dans ces deux parties, des sons seulement interrompus par les quelques échanges radio avec des bateaux alentour. Rike est d’ailleurs prévenue par l’un d’eux d’un gros coup de vent à venir et d’une tempête.

Après une nuit houleuse, elle se réveille au matin et aperçoit, non loin de là un bateau à la dérive, surchargé de migrant.es. Les personnes à bord lancent des SOS. Rike ne peut les accueillir sur son bateau, mais elle joint immédiatement les autorités pour que des secours soient envoyés sur place. Les réponses sont absolument impensables pour elle, on lui conseille de passer son chemin et, comme elle insiste, elle est menacée des pires ennuis si elle s’approche du bateau en difficulté. Elle discute, argumente, mais, rien n’y fait. Aucune aide ne viendra. Un vrai cauchemar.
Le film, en s’inspirant de faits réels, pose la question de la responsabilité individuelle dans une telle situation et « tente d’illustrer comment les intérêts économiques entrent en concurrence avec les principes humanitaires. […] Le film traite des rêves individuels et s’articule autour des questions d’identité fondamentales telles que : qui sommes-nous, qui voulons-nous être et qui devons-nous être ? »
Une tension très forte monte dans toute la troisième partie du film, dans laquelle Rike est complètement déstabilisée par les autorités et sa rencontre avec un adolescent qui saute à la mer.

Styx de Wolfgang Fisher est un excellent film sur la question de la migration et de la non-assistance à personnes en danger. Dans les salles le 27 mars 2019.


Dans la même rubrique

Les femmes roms au cinéma : Carmen & Lola d’Arantxa Etchegarria ; 8 avenue Lénine. Heureuse comme une Rom en France de Valérie Piteaux et Anna Pitoun ; Seule à mon mariage de Marta Bergman
le 11 juillet 2019
La Miséricorde de la Jungle de Joel Karekesi (24 avril)
le 22 avril 2019
Monrovia, Indiana. Film documentaire de Frederick Wiseman (24 avril)
le 22 avril 2019
Les Oiseaux de passage de Cristina Gallego et Ciro Guerra. La Familia de Rondon Cordova. Compañeros de Alvaro Brechner. L’Homme à la moto de Agustin Toscano
le 14 avril 2019
Menocchio d’Alberto Fasulo (17 avril 2019)
le 14 avril 2019
El Reino Film de Ricardo Sorogoyen (17 avril 2019)
le 14 avril 2019
L’époque de Matthieu Bareyre (17 avril 2019).
le 14 avril 2019
Still Recording de Saeed Al Batal & Ghiath Ayoub (27 mars 2019)
le 14 avril 2019
Ray & Liz de Richard Billingham (10 avril 2019)
le 10 avril 2019
Los Silencios de Beatriz Seigner (3 avril 2019)
le 9 avril 2019
Synonymes de Nadav Lapid (27 mars 2019)
le 29 mars 2019
De la guerre en Ex Yougoslavie à travers quatre films : Teret (La charge) de Ognjen Glavonic, L’Envers d’une histoire de Mila Turajlic, Chris The Swiss d’Anja Kofmel, When Pigs Come de Biljana Tutorov
le 13 mars 2019
Le désir viscéral de l’échange
le 13 mars 2019
Fukushima. Le couvercle du soleil de Futoshi Sato (6 mars 2019)
le 7 mars 2019
Funan Film de Denis Do (6 mars 2019)
le 7 mars 2019
A Kind of Magic. Une année pour grandir. Film documentaire de Neasa Ni Chianain et David Rane (6 mars 2019)
le 7 mars 2019
Les Étendues imaginaires de Yeo Siew Hua (6 mars 2019)
le 7 mars 2019
Sibel de Guillaume Giovanetti et Çağla Zencirci
le 7 mars 2019
Hakawati. Les derniers conteurs
le 7 mars 2019
Wardi de Mats Grorud
le 25 février 2019

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2