DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
An Elephant Sitting Still de Hu Bo
9 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Une longue saga chinoise autour de quelques personnages se passant le relai comme dans une ronde, habités par un mal être irrémédiable et coincés dans une ville industrielle cauchemardesque. Ce que l’on retient dans un premier temps, c’est le désespoir ordinaire des êtres au bord du gouffre.

An Elephant Sitting Still est à coup sûr un ovni cinématographique génial sur la Chine d’aujourd’hui. Premier et seul long métrage de Hu Bo, qui s’est suicidé peu de temps après la fin de la post production du film, cette chronique sociale illustre la maîtrise du réalisateur, tant dans la direction des comédien.nes que dans la mise en place d’une ambiance mortifère qui habite tout le film. Des plans séquences étonnants, des regards inattendus, des indices distillés peu à peu pour installer les personnages et les situations, tout semble minutieusement préparé dans un but précis, faire le portrait d’une ville chinoise, et au-delà, de la société actuelle.

L’histoire d’un éléphant qui reste assis… Pas de titre, pas de générique, on entre directement dans le sujet. Un vieil homme demeure sur le balcon de ses enfants avec son chien. On lui reproche d’avoir ouvert la fenêtre — « ça pue ! » —, les ordures ne sont pas collectées dans ce quartier d’une ville industrielle du nord de la Chine. Le couple considère le vieil homme à présent inutile et le pousse à partir en maison de retraite, un mouroir devrait-on dire. Sans répondre, il descend l’escalier et sort de l’immeuble.

Générique.
Dans un appartement, des amants s’habillent et n’ont pas grand-chose à se dire, la femme est pressée, son mari entre inopinément dans l’appartement et se jette brusquement par la fenêtre. « Il a payé pour ta vanité », remarque l’amant qui, avant de s’éclipser, ajoute « Qu’est-ce qui te fait le plus mal, qu’il soit mort ou que je sois sans cœur ? ». Dans un appartement inondé, une mère et sa fille s’invectivent haineusement : « encore une journée de merde ! » Un adolescent se rend à son lycée, le pire de la ville, où une simple altercation avec un autre élève se transforme en drame. « Le monde est un terrain vague » et le désespoir est omniprésent, quelque soit les générations.

An Elephant Sitting Still de Hu Bo dure presque quatre heures et foisonne de saynètes qui s’enchaînent dans une fresque pessimiste générale. Le caïd blasé, l’adolescent paumé, la fille détestée par sa mère et draguant un homme marié, le vieil homme rejeté par sa famille… Alors faut-il faire semblant ? Peu importe puisque tout est foutu. Entre individualisme, égoïsme, mensonges, violence sociale, la société craque de partout dans une pollution constante. « La vie ne s’améliore jamais. C’est toujours la souffrance. » La solution est-elle de partir ? « Ce monde est répugnant. Tu peux aller où tu veux, mais ce ne sera pas différent ! »

Pourtant il y a l’histoire de cet éléphant qui demeure assis…
An Elephant Sitting Still de Hu Bo est sur les écrans depuis le 9 janvier. Un film remarquable et surprenant, incontestablement un chef-d’œuvre !

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4