DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Retour de festival. 40ème CINEMED (première partie)
Article mis en ligne le 11 novembre 2018

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Cette année le festival a proposé une très belle sélection de films long métrages dont deux exceptionnels, Mafak de Bassam Jarbawi sur l’enfermement et ses conséquences, et Tel Aviv on Fire de Sameh Zoabi qui joue à la fois sur la narration d’un soap opéra à succès situé en 1967, avant la guerre des six jours, la création et l’actualité au quotidien.

Mafak de Bassam Jarbawi

Les deux films, dans des genres différents, suscitent une réflexion profonde sur la situation au Moyen Orient. Pour Mafak, c’est l’introspection d’une société à travers le regard d’un prisonnier, libéré après quinze ans, qui se débat entre sa jeunesse volée, ses cauchemars et sa vie à des périodes historiques clés : 1992 (les accords d’Oslo), 2002 (la seconde Intifada) et aujourd’hui. Film puissant, Mafak traite du problème, au plan personnel et universel, de l’incarcération et de la torture. Si, en Palestine, 25 % des individus ont fait l’expérience de la prison et de la torture, l’idée d’enfermement perdure une fois dehors dans un territoire sous occupation. « Nous sommes tous en prison en Palestine. Je l’ai senti en rentrant de New York. La Cisjordanie, Gaza sont une immense prison » souligne Bassam Jarbawi qui a choisi une fin ouverte pour son film renforçant encore la narration.
Ziad Bakri — très grand comédien palestinien israélien — incarne à la perfection le décalage existentiel et psychologique du prisonnier libéré. Le film, qui a reçu le prix du jeune public, est en attente de distribution.

Tel Aviv on Fire, Sameh Zoabi

Dans Tel Aviv on Fire, Sameh Zoabi prend le parti de l’humour absurde, caractéristique de quelques cinéastes de la région, pour aborder les problèmes d’une population piégée par l’occupation. Il insiste cependant sur le fait que son humour est sans doute moins urbain que celui d’Elia Suleiman (Intervention divine et le Temps qu’il reste) ou de Maha Haj (Personal Affairs). Les check points jouent un rôle prépondérant dans le récit, mais le film ne se cantonne pas à cette seule réalité physique, il montre également les conséquences de l’occupation au plan psychologique et mental.

De la même manière que dans Mafak de Bassam Jarbawi, Tel Aviv on Fire fait le constat de l’enfermement des personnages par un système qui finalement domine toute la population. Sameh Zoabi, qui dit s’être inspiré de sa vie pour construire un scénario et des dialogues « ping pong », a merveilleusement dosé l’univers du soap opéra, le processus d’écriture des épisodes et la part de vécu des personnages. Cela donne un montage d’une très grande fluidité et un rythme qui ne se relâche à aucun moment. « Le plus difficile a été de trouver le bon équilibre entre les deux personnages principaux, Salam et Assi », remarque Zoabi qui réussit là un second long métrage [1] utilisant l’humour comme une forme de résistance de même que les repères historiques. Tel Aviv on Fire sera sur les écrans en février 2019 (Prix pour la musique du film).

Petra de Jaime Rosales

Outre ces deux films, il faut signaler le film de Jaime Rosales, Petra, qui déstructure le récit pour mieux faire ressentir l’évolution des personnages, Sibel de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, mettant en scène une jeune femme parlant le langage sifflé dans un village du nord de la Turquie. La prise d’autonomie des femmes y tient une place essentielle (Prix de la critique et Prix du public).
Sibel de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti

La Charge de Ognjen Glanovic, road movie et thriller évoquant les mensonges sur les charniers et les bombardements de l’ONU sur la Serbie en 1999. La Charge de Ognjen Glanovic

Ou encore, le Jour où j’ai perdu mon ombre de Soudade Kaadan, situé en Syrie au début de la guerre civile. Deux films, non pas sur la guerre, mais ancrés dans la guerre. En fait, tous les films de la compétition et du panorama, ou presque, portent un regard acerbe et critique sur les sociétés, la politique, les guerres… En bref sur l’histoire officielle et la construction politique d’un « roman national ».
Le Jour où j’ai perdu mon ombre de Soudade Kaadan

Pour ce qui concerne la question du déni historique en Espagne, le Silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar revient sur le vote de la loi d’amnistie générale, en 1977, qui garantissait dans la foulée l’impunité des pires tortionnaires du régime franquiste. De nombreux cas évoquent la mémoire escamotée des exactions de la dictature, les charniers disséminés dans le pays, les noms de franquistes donnés aux rues dans les villes et les villages, vivre dans la même rue que celui qui vous a torturé et le croiser à l’occasion, ou encore les mères qui tentent de retrouver la trace de leur enfant volé à la naissance… Et c’est pour rompre le « pacte de l’oubli » que des hommes et des femmes ont saisi la justice en Argentine — puisque cela est impossible en Espagne du fait de la loi — pour la reconnaissance des crimes et faire condamner les coupables. Le gouvernement espagnol est jusqu’ici peu coopératif, escomptant sur la mort des derniers témoins pour « tourner la page ». Une page très dérangeante pour beaucoup. Et comme le dit un des témoins : « On nous demande d’oublier des crimes d’État et de pardonner à ceux qui les ont perpétrés… Mais qui nous a demandé pardon ? »
Le Silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar

Toujours sur la fabrication d’une histoire officielle, qui tente d’éradiquer le souvenir des victimes et, par là même, les responsabilités des politiques, le film documentaire de Ghassan Halwani, Erased, Ascent of the Invisible, est saisissant sur la recherche minutieuse de l’image d’innombrables disparu.es de la guerre civile libanaise. La recherche est originale sur le déni même des images des disparu.es, sur la transformation de la réalité en partant d’une photo effacée, comme une seconde disparition. "Il y a 35 ans de cela, j’ai assisté à l’enlèvement d’un homme que je connaissais. Depuis, il a disparu. Il y a dix ans, j’ai entrevu son visage tandis que je marchais dans la rue, sans être certain qu’il s’agissait vraiment de lui. Il était partiellement défiguré mais avait conservé ses traits depuis l’incident. Pourtant, quelque chose avait changé : il n’était plus le même homme. " D’où la fouille des différentes couches d’affiches sur les murs… Un travail d’archéologue de la guerre civile pour "réanimer" les personnes disparues, faire ressurgir leurs traces, mettre en perspective l’histoire officielle de la guerre. De même, la découverte et la fouille des charniers sont un problème politique, car la terre contient la substance d’un crime qui permet de tourner la page.
Erased, Ascent of the Invisible de Ghassan Halwania aobtenu le Prix Ulysse Montpellier Métropole.
Erased, Ascent of the Invisible de Ghassan Halwania

Un mot sur les avant premières du festival, deux films soutenus par les chroniqes rebelles de Radio Libertaire, Samouni Road de Stefano Savona et Carmen & Lola de Arantxa Etchevarria, qui a remporté plusieurs prix, notamment au festival Cinespaña de Toulouse.

Pour revenir au film documentaire et d’animation de Stefano Savona, Samouni Road, dont le travail de réalisation est très original, le choix d’une animation en place des images « manquantes » fait partager au public une situation tragique certes, mais aussi leur vie au quotidien. Sans doute l’imagination tient-elle une place importante dans ce film, car au lieu de voir des images dont l’horreur devient hélas presque banale, le public pénètre, après les bombardements israéliens de « Plomb durci » dans une famille gazaouie de paysans « jusque-là épargnée par soixante ans de conflits et d’occupation, et confrontée pour la première fois à une tragédie sans précédent. Vingt-neuf de ses membres, femmes et enfants pour la plupart, avaient été tués par une unité d’élite de l’armée israélienne. Leurs maisons et leurs champs avaient été complètement détruits. J’ai commencé à filmer les Samouni immédiatement, [explique Stefano Savona], mais dès le début, je n’ai eu aucun doute : je devais faire un autre film sur leur histoire, qui n’aurait pas la même forme que Plomb Durci. Un film qui ne pouvait pas se réduire à un compte-rendu du massacre ou au constat du deuil poignant d’une famille entière. J’ai compris qu’il fallait construire une autre position, un autre point de vue : sortir de cette situation où on arrive toujours juste après, quand l’événement a déjà eu lieu et que les gens n’existent plus que comme victimes, ou en tout cas sous le signe de cette horreur qui s’est abattue sur eux. Ils disparaissent comme personnes dans leurs singularités et leur diversité. Tout ce qu’ils sont par ailleurs, tout ce qu’ils étaient avant et que dans une certaine mesure ils seront après, disparaît. Je voulais redonner aux Samouni une existence longue, cesser de les ensevelir tous, les vivants et les morts, sous le poids de l’événement fatal. »

Redonner la vie, retranscrire la mémoire de toute une famille, c’est ce que produit le travail d’animation de Simone Massi, à la fois onirique et très réaliste. Tout est véridique, l’animation étant inspirée des récits et des témoignages des Samouni. « J’ai voulu poursuivre la même démarche à l’image [souligne Savona] : les séquences d’animation font revivre un quartier qui a réellement existé et aussi les membres charismatiques de la famille qui ont péri dans le massacre. Il était donc essentiel pour moi que le film reconstitue précisément et presque « archéologiquement » les maisons, la mosquée, les vergers, ce paradis perdu dont parlent les protagonistes du film. » Un travail remarquable et un film absolument bouleversant.
Samouni Road de Stefano Savona est sur les écrans depuis le 7 novembre.

À suivre…

Notes :

[1Man without a Cell Phone, son premier long métrage a obtenu l’Antigone d’or en 2011. La traduction française du titre est malheureuse : le Téléphone arabe.

Dans la même rubrique

The Happy Prince. Film de Rupert Everett
le 18 décembre 2018
Basquiat. Un adolescent à New York (Boom For Real). Film de Sara Driver
le 17 décembre 2018
Retour de festival : Cinespaña 2018
le 18 novembre 2018
Ága, l’homme et la nature au bord de l’apocalyse
le 15 novembre 2018
Black Indians. Film documentaire de Jo Béranger, Hugues Poulain et Édith Patrouilleau (31 octobre 2018)
le 11 novembre 2018
Carmen y Lola. Film d’Arantxa Etchevarria (14 novembre 2018)
le 10 novembre 2018
The Mumbai Murders de Anurag Kashyap
le 9 novembre 2018
40ème Festival international du cinéma méditerranéen — CINEMED — à Montpellier du 19 au 27 octobre 2018
le 22 octobre 2018
La Particule humaine. Film de Semih Kaplanoglu (10 octobre 2018)
le 18 octobre 2018
Guantanamera. Film de Juan Carlos Tabío et Tomás Gutiérrez Alea
le 17 octobre 2018
Tazzeka. Film de Jean-Philippe Gaud
le 16 octobre 2018
Trois films sur les écrans le 31 octobre : Sophia Antipolis de Virgil Vernier. Touch me not d’Adina Pintilie. Le grand bal de Laetitia Carton
le 16 octobre 2018
La tendre indifférence du monde. Film de Adilkhan Yerzhanov. Dakini. Film de Dechen Roder
le 16 octobre 2018
Capharnaüm. Film de Nadine Labaki
le 15 octobre 2018
Les Âmes mortes. Film documentaire de Wang Bing
le 15 octobre 2018
Sans jamais le dire. Film de Tereza Nvotova (17 octobre 2018)
le 13 octobre 2018
23e Festival Cinespaña du 5 au 14 octobre 2018 à Tououse
le 1er octobre 2018
Amin. Film de Philippe Faucon (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Shut up and Play the Piano. Film documentaire de Philipp Jedicke (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Volubilis. Film de Faouzi Bensaïdi (19 septembre 2018)
le 28 septembre 2018

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4