DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Carmen y Lola. Film d’Arantxa Etchevarria (14 novembre 2018)
Article mis en ligne le 10 novembre 2018

par C.P.
Imprimer logo imprimer


Carmen y Lola d’Arantxa Etchevarria (14 novembre 2018)

Carmen y Lola d’Arantxa Etchevarria  [1] nous immerge dans une banlieue de Madrid habitée en grande partie par la communauté gitane. La tradition veut que les jeunes gitanes soient destinées à n’être rien d’autre que des épouses parfaites et des mères. Une tradition défendue par les femmes elles-mêmes. Carmen ne remet pas en question le destin tout tracé qui lui est attribué depuis des générations, ce que d’ailleurs sa mère ne manque de lui rappeler. Les premières images montrent tout l’apparat de la fête où la fiancée, Carmen, apparaît comme une icône, ce qui fait immédiatement penser au slogan « Princesse d’un jour, boniche toujours ! ».

La pression sociale et les coutumes sont pesantes, pas moyen d’y échapper, être femme et gitane ne laisse guère d’opportunité pour exprimer ses désirs, ses envies ou même pour rêver. Nombreuses sont celles qui « ont quitté l’école de bonne heure, sont sans instruction et n’auront jamais la possibilité de trouver un travail en dehors de leur environnement car, de manière générale, la communauté blanche n’engage pas de femmes gitanes. » Lola, en revanche, a des rêves, elle veut étudier, voyager, et sa mère la défend en un sens pour qu’elle ait une vie plus facile. Elle a 16 ans et découvre son attirance pour les filles, tout en étant consciente de l’interdit que cela représente dans une culture aux fortes croyances religieuses, qui n’accepte en aucun cas l’homosexualité, et encore moins l’homosexualité féminine jugée comme étant une maladie ou une sorte de possession maléfique.

L’origine du film vient d’un article évoquant le premier mariage lesbien gitan en Espagne, dans lequel les deux jeunes femmes témoignaient, en gardant l’anonymat, de leur rejet par toute la communauté gitane. Les femmes gitanes, explique la réalisatrice, « ne sont pas au placard, mais dans un caveau ».

Carmen y Lola est une magnifique histoire de premier amour. En mettant en scène deux jeunes filles qui refusent peu à peu les règles de la prédestination sociale, en abordant un sujet tabou dans le milieu gitan — le lesbianisme —, Arantxa Etchevarria inscrit son film dans un courant du cinéma social et politique. Elle déclare d’ailleurs : « Étant moi-même une femme, j’ai une vision différente du monde, un autre regard sur la réalité et même une autre manière de raconter les histoires. […] Je me sens une obligation morale de donner la parole à celles qui n’y ont pas droit. Le cinéma est devenu mon porte-voix pour certaines causes auxquelles je crois. »

Arantxa Etchevarria montre admirablement les traditions musicales gitanes dans son film. « La musique est extrêmement importante pour la communauté gitane. Elle fait partie intégrante de leur vie quotidienne. Elle rythme chaque instant, chaque événement, chaque célébration et rassemblement. La musique gitane fusionne les sons de l’Inde et de chacun des pays que leurs ancêtres ont traversé pour rejoindre l’Espagne, influencée par ceux de l’Iran, de la Turquie, des Balkans, de la Grèce, de l’Andalousie ». Les Tsiganes, les Roms, les Manouches, les Gitans sont toutes et tous issu.es de ces influences. Le flamenco est universellement reconnu et Lola y participe au sein de la chorale de son quartier, car « célébrer en musique, dans la pure tradition du gospel, occupe une part importante des rites. » Les thèmes sont proches des « bulerías » et des fandangos. C’est pourquoi la musique vivante tient une place prépondérante dans le film, Carmen y Lola.

« Donner la parole à celles qui n’y ont pas droit », Arantxa Etchevarria atteint son objectif, 150 comédiennes et comédiens non professionnel.les dirigé.es magnifiquement dans un premier long métrage étonnant, émouvant et libre.
Carmen y Lola d’Arantxa Etchevarria sera dans les salles le 14 novembre.

Notes :

[1Carmen & Lola d’Arantxa Echevarria (14 novembre 2018)
Présenté à Cannes, puis au festival Las Españolas en Paris, le film a triomphé au festival Cinespaña de Toulouse, de même qu’il a été acclamé à Montpellier lors de sa projection en avant-première dans le cadre du festival international du cinéma méditerranéen, CINEMED.

Dans la même rubrique

Retour de festival : Cinespaña 2018
le 18 novembre 2018
Ága, l’homme et la nature au bord de l’apocalyse
le 15 novembre 2018
Retour de festival. 40ème CINEMED (première partie)
le 11 novembre 2018
Black Indians. Film documentaire de Jo Béranger, Hugues Poulain et Édith Patrouilleau (31 octobre 2018)
le 11 novembre 2018
The Mumbai Murders de Anurag Kashyap
le 9 novembre 2018
40ème Festival international du cinéma méditerranéen — CINEMED — à Montpellier du 19 au 27 octobre 2018
le 22 octobre 2018
La Particule humaine. Film de Semih Kaplanoglu (10 octobre 2018)
le 18 octobre 2018
Guantanamera. Film de Juan Carlos Tabío et Tomás Gutiérrez Alea
le 17 octobre 2018
Tazzeka. Film de Jean-Philippe Gaud
le 16 octobre 2018
Trois films sur les écrans le 31 octobre : Sophia Antipolis de Virgil Vernier. Touch me not d’Adina Pintilie. Le grand bal de Laetitia Carton
le 16 octobre 2018
La tendre indifférence du monde. Film de Adilkhan Yerzhanov. Dakini. Film de Dechen Roder
le 16 octobre 2018
Capharnaüm. Film de Nadine Labaki
le 15 octobre 2018
Les Âmes mortes. Film documentaire de Wang Bing
le 15 octobre 2018
Sans jamais le dire. Film de Tereza Nvotova (17 octobre 2018)
le 13 octobre 2018
23e Festival Cinespaña du 5 au 14 octobre 2018 à Tououse
le 1er octobre 2018
Amin. Film de Philippe Faucon (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Shut up and Play the Piano. Film documentaire de Philipp Jedicke (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Volubilis. Film de Faouzi Bensaïdi (19 septembre 2018)
le 28 septembre 2018
Avant l’aurore. Film de Nathan Nicholovitch (19 septembre 2018)
le 28 septembre 2018
Free Speech. Parler sans peur. Film documentaire de Tarquin Ramsay (5 septembre 2018)
le 12 septembre 2018

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4