DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
La tendre indifférence du monde. Film de Adilkhan Yerzhanov. Dakini. Film de Dechen Roder
Article mis en ligne le 16 octobre 2018
dernière modification le 21 octobre 2018

par C.P.
Imprimer logo imprimer

La tendre indifférence du monde
Film de Adilkhan Yerzhanov (24 octobre 2018)

Dakini
Film de Dechen Roder (24 octobre 2018)


La tendre indifférence du monde est un film d’une grande beauté, rare car venant du Kazakhstan. Une fable qui part de la ruine d’une famille criblée de dettes et d’une confiscation de tous ses biens. Après la mort du père de famille, tout est saisi et comme si cela ne suffisait pas, la mère est menacée d’emprisonnement. La jeune Saltanat pourrait sauver sa famille en acceptant d’épouser un homme, un nouveau riche, mais le deal lui paraît trop sordide pour s’y résoudre et accepter le marché. Son ami d’enfance, Kuandyk, amoureux d’elle depuis toujours, l’accompagne dans son voyage vers la ville pour veiller sur elle. Leur périple urbain les amène à croiser la violence, les mensonges et la corruption dans une série d’événements qui vont remettre en question leur naïveté, leurs convictions et leur perception de la vie.

Le film joue constamment de la lumière et des liens intrinsèques entre les paysages du Kazakhstan, les références oniriques à la peinture — Le Douanier Rousseau par exemple —, les citations de textes classiques, dont Camus que lit la jeune fille, et une réalité cruelle. Entre conte et corruption brutale, la tendre indifférence du monde n’est certes pas tendre. Le commentaire du réalisateur en dit long sur son travail de cinéaste : « j’essaie de parler de notre société contemporaine. Au Kazakhstan aujourd’hui, nous revenons vers un système féodal. Comme nous n’avons rien connu entre le système féodal et le socialisme, après la chute du socialisme, ces réflexes féodaux reviennent extrêmement vite. La soumission devant ses supérieurs, la monarchie absolue, tout ça est revenu. Et tout fonctionne par clans, à travers les liens familiaux. » En effet, les mésaventures de Saltanat et de Kuandyk montrent combien l’alliance de l’argent, de la corruption et de la hiérarchie domine la société.

La tendre indifférence du monde est un conte d’amour, de résistance et de perte de l’innocence. Sur les écrans le 24 octobre.

Autre film rare qui lie cette fois le contemporain et les croyances surnaturelles :

Dakini de Dechen Roder (24 octobre 2018)

Dakini est un thriller philosophique, situé tout d’abord dans un village du Bhoutan, sur les plateaux de l’Himalaya, bordé par le Sikkim et le Tibet. Une jeune femme, Choden, est suspectée d’être responsable de la disparition d’une nonne bouddhiste. Trop belle pour être honnête, Choden est traitée de « sorcière » par les villageois : « elle est toujours seule », « on ne sait rien d’elle », « elle n’est pas d’ici et elle nous porte la poisse », « elle apparaît dans les rêves »… Voilà qui est largement suffisant pour être la cible de la vindicte populaire. D’autant qu’une dénonciation met la police à ses trousses.

Dans sa fuite, Choden rencontre Kinley, le détective qui enquête sur la disparition de la nonne et, ensemble, ils vont traverser la montagne pour éviter les contrôles de police. Imperméable à toutes formes de croyances, Kinley est persuadé qu’il va résoudre l’enquête pendant le voyage, mais, peu à peu, les histoires symboliques de Choden lui font douter des accusations portées contre elle. La coupable toute désignée n’est guère crédible, d’ailleurs qui a intérêt à la disparition de la nonne ? Que signifie les recherches de minerais entreprises autour du monastère ? Qui est à la recherche du titre de propriété du domaine ?

Dakini est le premier long métrage de Dechen Roder, qui éclaire ainsi le titre de son film et le mystère autour du personnage de Choden : « La “dakini” est un personnage difficile à dépeindre, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Le terme fait généralement référence à des femmes bouddhistes éveillées, de pouvoir et de sagesse. Mais il peut définir bien plus. Les dakinis peuvent être des humaines, des déités ou encore des divinités, selon leur histoire et la façon dont on l’interprète. On nous dit même que les dakinis peuvent être en chacun de nous. […] J’ai compris que ces histoires étaient bien plus que des fresques sur les murs des temples ou des textes dans les vieux écrits. Ce sont des faits réels de la force féminine, de leur bravoure, de leur compassion et de leur sagesse. Le devoir de mémoire et d’acceptation des dakinis devient de plus en plus important. En tant que Bouthanaise, en tant que femme et en tant qu’humaine. »

Le récit et le cadre mélangent merveilleusement la modernité et l’aspect ancestral et mystique, qui caractérisent le Bhoutan d’aujourd’hui. Seule réalisatrice bhoutanaise jusqu’à présent, Dechen Roder réussit avec Dakini un thriller original et fascinant. Dakini est au cinéma le 24 octobre.

Dans la même rubrique

Retour de festival. 40ème CINEMED (première partie)
le 11 novembre 2018
Black Indians. Film documentaire de Jo Béranger, Hugues Poulain et Édith Patrouilleau (31 octobre 2018)
le 11 novembre 2018
Carmen y Lola. Film d’Arantxa Etchevarria (14 novembre 2018)
le 10 novembre 2018
The Mumbai Murders de Anurag Kashyap
le 9 novembre 2018
40ème Festival international du cinéma méditerranéen — CINEMED — à Montpellier du 19 au 27 octobre 2018
le 22 octobre 2018
La Particule humaine. Film de Semih Kaplanoglu (10 octobre 2018)
le 18 octobre 2018
Guantanamera. Film de Juan Carlos Tabío et Tomás Gutiérrez Alea
le 17 octobre 2018
Tazzeka. Film de Jean-Philippe Gaud
le 16 octobre 2018
Trois films sur les écrans le 31 octobre : Sophia Antipolis de Virgil Vernier. Touch me not d’Adina Pintilie. Le grand bal de Laetitia Carton
le 16 octobre 2018
Capharnaüm. Film de Nadine Labaki
le 15 octobre 2018
Les Âmes mortes. Film documentaire de Wang Bing
le 15 octobre 2018
Sans jamais le dire. Film de Tereza Nvotova (17 octobre 2018)
le 13 octobre 2018
23e Festival Cinespaña du 5 au 14 octobre 2018 à Tououse
le 1er octobre 2018
Amin. Film de Philippe Faucon (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Shut up and Play the Piano. Film documentaire de Philipp Jedicke (3 octobre 2018)
le 1er octobre 2018
Volubilis. Film de Faouzi Bensaïdi (19 septembre 2018)
le 28 septembre 2018
Avant l’aurore. Film de Nathan Nicholovitch (19 septembre 2018)
le 28 septembre 2018
Free Speech. Parler sans peur. Film documentaire de Tarquin Ramsay (5 septembre 2018)
le 12 septembre 2018
Le célibataire de Antonio Pietrangeli (5 septembre 2018)
le 10 septembre 2018
À la recherche de Ingmar Bergman. Film documentaire de Margarethe von Trotta (5 septembre 2018)
le 9 septembre 2018

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4