DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Bricks. Film documentaire de Quentin Ravelli
Dans l’Espagne en crise
Article mis en ligne le 10 octobre 2017

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Bricks de Quentin Ravelli… La crise économique de 2008 frappe de plein fouet l’Espagne et c’est toute la population qui en subit les conséquences. Le chômage atteint les 27 % en 2012 et des centaines de milliers de personnes sont confrontées à l’incapacité de rembourser leur crédit immobilier. Elles sont expulsées de leur logement sans pour autant éponger leur dette auprès de la banque. De quoi craquer sans d’ailleurs comprendre exactement ce qui se passe.

C’est ce que raconte le film de Sylvia Munt, Afectados, sorti en 2016. À Barcelone, un collectif se met alors en place pour aider les victimes des prêts toxiques. Jamais ces hommes et ces femmes n’avaient imaginé se retrouver brusquement à la rue, sans boulot, et acculé.es à rembourser des prêts aux banques pour un logement dont on les a expulsées. À la stupeur et au désespoir répondent l’entraide, la solidarité, et une organisation pour résister à un système ubuesque.

Bricks, le film de Quentin Ravelli [1] poursuit le constat d’une Espagne dont la crise s’aggrave. L’exemple des expulsions pour non-paiement de crédits immobiliers élevés en est un exemple frappant d’absurdité, ce qui fait dire que « ce n’est plus une crise, mais une arnaque ». On estime à plus de 5 millions les logements vides après expulsion, des logements que personne ne peut racheter ou louer et qui se dégradent.

Le résultat, c’est la ville fantôme de Valdeluz. Une ville toute neuve aux briques rutilantes et aux infrastructures impressionnantes, mais vidée de ses habitants et de ses habitantes. Et là, le film bascule quelque peu dans la science-fiction. Valdeluz, ville modèle dont le projet a été abandonné depuis 2008. L’usine de briques, elle, tourne toujours, mais sans la perspective de constructions à venir.

« J’avais à l’esprit [explique Quentin Ravelli] le tressage d’une natte liant ces différents éléments qui ne se rencontrent pas physiquement dans la réalité : le maire qui se bat pour remplir sa ville fantôme, les gens qui s’organisent pour se battre contre les banques afin de faire annuler les dettes, et bien sûr l’industrie de la brique. D’où la forme en mosaïque du film, le point de vue sur la crise se déplace sans cesse, ce qui permet d’en comprendre les différentes facettes. »

Sortie nationale du film Bricks le 18 octobre au cinéma les 3 Luxembourg, avec des rencontres et des débats.

Notes :

[1Bricks fait écho à son livre Les Briques rouges. Dettes, logement et luttes sociales en Espagne (Amsterdam).

P.S. :

Diffusion le samedi 21 octobre à 13h30 d’un entretien avec Quentin Ravelli dans les Chroniques rebelles de Radio Libertaire (89.4 FM ou Internet)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4