DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Miracles en Arménie
Film de Laurent Firode
Article mis en ligne le 4 janvier 2013
dernière modification le 25 décembre 2012

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Miracles en Arménie de Laurent Firode [1] a ouvert le 34e Festival international du cinéma méditerranéen [2], annonçant d’emblée les caractéristiques d’une sélection exceptionnelle : fictions à la fois graves et oniriques, contes modernes ancrés dans une réalité conflictuelle mais truculente aussi, décalage des univers autour d’une Méditerranée plurielle.

Le décor : une route dans la région du Karabagh. L’histoire commence avec deux personnages : une touriste et son guide faisant le plein d’essence.
« Elle est courageuse d’aller là-bas » remarque le pompiste, sans commentaire du guide. La situation est en effet tendue dans la région ; la guerre est toujours là, larvée, avec ses champs de mines, ses zones tampons interdites et ses soldats. Notre Candide, totalement inconsciente des difficultés du voyage dans cette région sous tension, est à la recherche de ses racines et de souvenirs familiaux en Arménie.

Et, pour tout arranger, c’est la panne sur une route presque déserte. S’enchaînent alors la rencontre avec un homme du coin qui propose à la touriste, contre argent comptant, de libérer une colombe en faisant
un vœu ; puis, après le passage en trombe d’une voiture qui ne s’arrête
pas, un paysan les emmène dans sa charrette. Parallèlement, on suit l’unique voiture dans laquelle se trouve un homme odieux et violent, nouveau riche, qui veut acheter à tout prix une église en ruine, mais se heurte au refus du prêtre.

Destins croisés, à première vue sans liens entre eux. Pourtant la colombe, les champs de mines et le conflit toujours présent, le prêtre, l’enfant berger, le soldat, tous ces personnages vont engendrer une logique de fatalité provoquée par la loi des dominos.

Quant au dénouement, impossible de vous en dire un mot car toute la construction du film tient à cet enchaînement de destins croisés pour une fin surprenante.

La réalisation est de Laurent Firode, conteur de ce récit éclaté, et la production est signée par les mutins de Pangée [3]. Bref une belle histoire, une comédienne et des comédiens magnifiques… Un film comme on les aime.

Un conte moderne ? C’est la première question posée à Laurent Firode lors de notre rencontre durant le Festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier, le 27 octobre 2012.

Laurent Firode : C’est sous forme de conte. J’aime beaucoup raconter des histoires, mais j’aime aussi les écouter. À l’origine, j’ai fait un documentaire en Arménie, je suis tombé amoureux du pays et j’ai voulu y revenir pour tourner une fiction. C’est un pays chargé d’une histoire très forte et très présente, avec des décors formidables, un pays idéal pour raconter des contes. Je revenais ainsi à revenir à mes premières amours.

Christiane Passevant : Le format court métrage, en l’occurrence, n’est pas un frein pour camper de réels personnages qui immédiatement existent à l’écran, ce qui est rare.

Laurent Firode : J’aime les films chorals, même dans un récit court, éclaté, où plusieurs histoires se croisent. Dans les contes, qu’il s’agisse de Don Quichotte ou des Mille et une nuits, c’est truffé d’histoires différentes. J’aime ce récit choral et je pense pas que cela soit antinomique avec le court métrage. Il faut aussi dire que les comédiens ont su, dès leur première apparition à l’écran, incarner leurs personnages. Les comédiens arméniens ont un talent remarquable et je l’ai découvert avec un immense plaisir.

Christiane Passevant : Le personnage de la touriste candide tranche complètement avec les autres personnages qui, à l’inverse, d’elle semblent
conscients et même parfois cyniques. Cette opposition marquée souligne la situation de tension qui existe encore dans cette région de l’Arménie ?

Laurent Firode : Ce personnage de la touriste française qui vient retrouver ses racines a une naïveté totale. Elle est dans un monde imaginaire et fantasme une Arménie qui ne correspond pas à la réalité.
Elle fait partie d’une diaspora arménienne importante qui revient au pays, c’est le cas pour la majeure partie des touristes que l’on croise dans le pays.
J’ai remarqué que pour ces descendants arméniens plus ou moins lointains,
il y a une candeur par rapport à un rêve de l’Arménie, une Arménie fantasmée qui ne correspond pas à l’histoire actuelle du pays.

Christiane Passevant : Comment se sont passés les repérages ? L’église par exemple est un décor fantastique.

Laurent Firode : C’est un décor formidable, mais ce qui en fait passé, c’est que nous n’avons pas obtenu d’autorisation de tournage dans une église après lecture du scénario. Mon scénario correspondait trop à la réalité, il y avait un scandale et des soupçons sur la vente d’églises et je me suis heurté à un refus. Un des comédiens m’a alors dit qu’il connaissait une église formidable, en ruines, sans gardien où l’on pouvait tourner. Nous y sommes allés le jour même et elle était encore mieux que les autres. Mais ce fut un coup de chance total.

Christiane Passevant : Il a fallu combien de jours de tournage ?

Laurent Firode : Nous avons tourné trois jours avec une équipe légère.
Nous avons filmé avec un appareil photo 5D en extérieur. Quant aux comédiens, ils sont très connus par la télé. Karen qui joue le prêtre est une super star en Arménie. Il était ravi de tourné enfin à l’extérieur, car les tournages se font surtout en studio malgré des décors naturels magnifiques.

Christiane Passevant : Le contexte politique est aussi très important dans le film.

Laurent Firode : Absolument. Il y a des champs de mines au Karabgh qui font des victimes et les tensions sont graves. Il faut d’ailleurs un visa pour se rendre dans cette région. Les tirs sont fréquents entre soldats arméniens et azéris. La guerre est larvée malgré la paix déclarée, des incursions de l’un ou l’autre camp sont fréquents. Dans les journaux, on parle des morts parmi les soldats, mais on ne compte pas les victimes civiles. Une zone tampon existe réellement entre le Karabagh et l’Aïzerbidjian [4] où il est interdit de pénétrer, ce que fait l’enfant berger dans le film.

Christiane Passevant : Finalement, Miracles en Arménie est un conte politique ancré dans la réalité d’aujourd’hui.

Laurent Firode : Absolument. Il faut captiver le public avec l’histoire, les histoires, mais avec un récit qui soit actuel. À l’origine, le conte parlait d’une réalité et mon ambition artistique est de refaire des contes des Mille et une nuits actuels.

Notes :

[1Miracles en Arménie de Laurent Firode (France, 2011, 12mn 50s). Scénario : Laurent Firode.
Image : Matthieu Misiraca. Montage : Laurent Firode. Musique : Achot Varkanyan. Son : Armen Bedrossian. Interprétation : Irène Ismaïloff,
Lernik Harutyunyan, Vladimir Hovhannesian, Shahen Voskanyan, Karen Mkrrchyan, Krikor Baghdasaryan, Vardan Grikoryan, Razmik Haroutuynyan.

[2Le 34ème Festival international du cinéma méditerranéen a offert quelque 250 films au public du 26 octobre au 3 novembre 2012, en ouvrant sur un film court métrage de Laurent Firode, Miracles en Arménie.

[3Les Mutins de Pangée est une coopérative audiovisuelle et cinématographique de production, de distribution et d’édition.
Voir http://www.lesmutins.org/

[4Conséquence du conflit armé de 1988 à 1994.

P.S. :

Pour voir Miracles en Arménie et les films de Laurent Firode en streaming

http://laurentfirode.com/Films/Multiplex.html

ou encore

http://www.myspace.com/video/laurent/miracles-en-arm-nie/108359798

Dans la même rubrique

La Parade
le 14 janvier 2013
Spleen & Alegria
le 4 janvier 2013
La demande en mariage & L’Ours
le 4 janvier 2013
Un morceau de chiffon rouge
le 4 janvier 2013
Être là. Film documentaire de Régis Sauder
le 4 janvier 2013
Djeca, enfants de Sarajevo
le 4 janvier 2013
Beautiful Valley
le 4 janvier 2013
Je vous ai compris
le 4 janvier 2013
Le soldat dieu. Film de Koji Wakamatsu
le 4 janvier 2013
In Prison my Whole Life (Toute ma vie en prison)
le 4 janvier 2013
Les chevaux de dieu
le 4 janvier 2013
Rengaine
le 4 janvier 2013
La Parade
le 4 janvier 2013
Faire quelque chose
le 4 janvier 2013
Par amour
le 4 janvier 2013

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4