DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Faut se contenter de beaucoup
Film de Jean Henri Meunier
Article mis en ligne le 7 juillet 2016
dernière modification le 6 juillet 2016

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Avec Noël Godin, Jean-Marc Rouillan, Miss Ming, Bernardo Sandoval, Sergi Lopez...

Faut savoir se contenter de beaucoup de Jean Henri Meunier, c’est l’aventure d’un duo qui commence par des retrouvailles et se prolonge avec des rencontres fortuites ou non, des coups à boire et de la rigolade…

Deux complices à la recherche d’une bagnole pour un périple des émergences subversives, mais attention pas n’importe quelle bagnole : une Cadillac des années 1965 ou 1970 ! En plus, elle doit être noire et décapotable ! On se croirait presque dans une balade de fans du Hot Rod (traduisez Bielle chaude !), un mouvement populaire états-unien né dans les années 1960. Mais, fausse route, c’est une autre histoire…

Après la trilogie najacoise — Ici Najac, à vous la terre, la Vie comme elle va et Y a pire ailleurs, Jean Henri Meunier réalise Faut savoir se contenter de beaucoup, une road movie avec pour interprètes Noël Godin et Jean-Marc Rouillan, où l’on croise entre autres, Miss Ming, Bernardo Sandoval et Sergi Lopez...

Une aventure menée par deux complices, Noël Gaudin — entartreur émérite de l’Internationale patissière, auteur de l’Anthologie de la subversion carabinée et de Entartrons, entartrons les pompeux cornichons ! —, et Jean-Marc Rouillan — ancien membre d’Action directe, auteur entre autres des Viscères polychromes de la peste brune et de Autopsie du dehors —, une aventure, une quête de révolutions qui s’amorcent, ponctuée de multiples rencontres, de souvenirs et de discussions suivies pas à pas par la caméra de Jean Henri Meunier… Cela donne des moments mémorables et des temps de réflexions sur les luttes aujourd’hui : « Je ne suis pas triste parce qu’ils sont morts, [dit Jean-Marc Rouillan] mais parce que je ne peux pas continuer leur combat. »

Faut savoir se contenter de beaucoup, ça questionne, ça bouscule et ça surprend… « La réalité et la fiction, c’est assez flou… ».

Et soudain, en guise de conclusion : « À suivre… » Alors la road movie va se poursuivre ? Retour ligne automatique
Sans doute, il faut bien « Trouver où ça se passe » !

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4