DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Christiane Passevant
Les ogres
Film de Léa Fehner
Article mis en ligne le 7 juillet 2016
dernière modification le 11 mai 2016

par C.P.
Imprimer logo imprimer

Sortie nationale 16 mars 2016

Les Ogres, deuxième long métrage de Léa Fehner, a pour décor un théâtre ambulant, un lieu qui lui est parfaitement familier puisque c’est la compagnie théâtrale de ses parents. Cela donne un film drôle, surprenant, truculent, follement vivant, et même mouvementé avec la vie de la grande famille des saltimbanques, le quotidien de la troupe avec ses dissensions et ses attentes.

Le spectacle est sur la scène avec L’Ours de Tchekhov, mais aussi dans les coulisses et même dans la salle. Un soir un accident, puis le retour d’une comédienne, un amour passé qui réveille les souvenirs et des rancœurs… Mais le spectacle continue, pour notre plaisir.

Dans la distribution, deux comédiennes lumineuses, Lola Duenas (notamment vue dans des films de Pedro Almodovar) et Adèle Haenel…

L’entretien avec Léa Fehner, François Fehner et Lola Duenas a eu lieu à Montpellier, lors du Festival international du cinéma méditerranéen, en pleine ambiance du festival…

Léa Fehner : L’écriture du film m’a donné très vite un axe de travail sur les personnages, sur leur désir de tout engloutir, sur leur voracité de vie, de théâtre, de désir, enfin un mélange de ce que j’ai envie de faire entre naturalisme profond et besoin de rythme, de couleurs, d’une certaine fantaisie. Le film vient aussi de ce que la compagnie théâtrale de mes parents traversait à ce moment précis, l’énergie dépensée que devenait-elle à partir d’un certain âge avec les difficultés, les réflexions sur des parcours de vie ? Comment on continue à rester vivants malgré la vieillesse, la douleur et la mort ?

Ce qui m’a intéressée à cet instant, c’est cette énergie libératrice, violente et festive à la fois qui permettait de dépasser les événements, la fatigue qui touchaient les personnages principaux.

François Fehner : J’étais content et flatté que Léa s’intéresse à notre histoire de cette façon aussi intime. En revanche le côté intime m’inquiétait un peu parce que la part fictionnelle du film s’inspirait quand même de faits qui avaient émaillé vingt cinq années de la troupe. Curieusement, Léa nous faisait vivre des choses qui s’étaient passé il y a 25 ans en les situant aujourd’hui. Cela nous a tout d’abord paru absurde, car il est impossible de vivre les faits de la même manière, avec la maturité. Mais elle-même n’était pas convaincue et nous avons beaucoup discuté. Dans le tout premier scénario, je ne pouvais pas accepter mon personnage qui me paraissait un vrai bourrin ! Elle a revu le personnage en y ajoutant des traits plus sensibles et j’ai adhéré au personnage.

Léa Fehner : S’il faut redessiner un personnage, on le dessine à nouveau en y rajoutant de la complexité. Il est vrai aussi que le fait que ce soit mes parents qui ont inspiré les personnages a quelque chose de fragilisant. La ligne d’équilibre est compliquée et en même temps passionnante : c’est être honnête tout en trahissant.

François Fehner : Il faut savoir la part du vrai et du faux et comment se positionner par rapport à cela.Pendant un an, nous n’avons rien su du film et lorsque nous l’avons découvert, cela a été un réel soulagement. Notre histoire de théâtre y est et ça c’est super.

Christiane Passevant : Et le choix du casting ?

Léa Fehner : C’est venu en cherchant la voix du groupe et en travaillant avec mes parents… J’ai mis en place des improvisations sur la base du scénario, j’ai demandé à des comédien-nes d’y participer et j’ai été très touchée par ce que mon père, ma mère et ma sœur m’ont proposé. À ce moment là est née l’envie de les embarquer dans l’histoire. Dans la même veine, on a eu des rencontres avec des personnes extérieures, c’est comme des rencontres amoureuses en fait. C’est ce qui est arrivé avec marc, Adèle et Lola…

Christiane Passevant : En ce qui te concerne Lola, le plus fort chez toi est ta candeur, la candeur que tu imprimes dans tes personnages…

Lola Duenas : Tu reçois un texte bien écrit, tu peux faire ça, sinon c’est impossible. Et c’est ce que j’ai aimé dans ce scénario, si tu travailles un peu, ça marche tout seul.

Christiane Passevant : Tu viens du théâtre ?

Lola Duenas : Oui, j’ai commencé au théâtre. Mais j’ai le projet d’y rejouer parce que ce film a été pour moi une belle expérience, être ensemble, bouger, c’est très puissant. J’adore ça.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4