DIVERGENCES 2
Revue libertaire internationale en ligne
Descriptif du site
Caroline Barbarit
Photos
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
dernière modification le 13 novembre 2018
Rubrique : PHOTOS… ART… MUSIQUES… VIDÉOS…

Zoabi, réalisateur de Tel Aviv on Fire Bassam Jarbawi, réalisateur de Mafak (Prix du jeune public)

Réalisateur.es de Sibel (Prix de la critique)

Réalisateur.es de Sibel (Prix du public)

Guerin (rétrospective)

Mohamed Ben Attia, réalisateur de Mon cher enfant (avant-première)

Martin Turk, (...)

Christiane Passevant
9 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

On se croirait tout d’abord dans une suite de rushes avec images noires, son off, claps et changement de bobines. En fait, si le support cinéma est là, il n’est pas question de l’oublier, on devine rapidement qu’il s’agit d’autre chose… C’est un long entretien — une nuit entière — non stop en compagnie (...)

Alain Brossat
paru dans lundimatin#175, le 21 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

« S’il est un journal qui a su choisir son camp et abuser en toute clarté de sa position dominante depuis le début du mouvement des gilets jaunes, c’est bien Le Monde »

Le Monde aura beau publier à retardement article sur article documentant le saut qualitatif effectué, à l’occasion de la mobilisation des gilets jaunes, dans le registre des violences policières, violences d’État – cela ne changera rigoureusement rien au fait vérifiable par tous et chacun que le même journal aura publié, édito après édito, au fort du mouvement et toujours à son heure, des mots, des phrases et des sentences dont il est plus qu’urgent de dévoiler le nom : violences médiatiques.

Il ne s’agit pas de se livrer ici à une quelconque surenchère verbale mais bien, comme dirait Deleuze, de produire un concept. La ou les violence(s) médiatique(s) comme concept. La violence médiatique, ce ne sont pas seulement les mots qui blessent, les mots du mépris, de l’arrogance, de l’animosité, (...)

Nestor Potkine
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

Pourquoi y a-t-il, tant de gens de droite et si peu de gens de gauche ? Ou, dit autrement (et peut-être plus exactement), pourquoi la plupart du temps les gens préfèrent-ils des solutions de droite que des solutions de gauche, même lorsque ces dernières vont contre leur intérêt financier direct (...)

Christiane Passevant
2 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Depuis Vodka Lemon ou encore My Sweet Pepper Land, Hiner Saleem s’amuse des codes et des genres cinématographiques pour mieux les détourner et créer ainsi des situations où l’absurde le dispute à la gravité. My Sweet Pepper Land — interprété par la merveilleuse Golshifteh Farahani — se déroulait à l’est (...)

Christiane Passevant
9 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Une longue saga chinoise autour de quelques personnages se passant le relai comme dans une ronde, habités par un mal être irrémédiable et coincés dans une ville industrielle cauchemardesque. Ce que l’on retient dans un premier temps, c’est le désespoir ordinaire des êtres au bord du gouffre.

An (...)

Christiane Passevant
9 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Réalisé en 1959, le film est interprété par une Anna Magnani, absolument grandiose, après Rome ville ouverte de Roberto Rossellini, et par Giulietta Masina, qui venait de tourner La Strada de Fellini. Renato Castellani situe le récit dans l’univers carcéral d’une prison de femmes. « Initialement, le (...)

Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : LIVRES, REVUES…

Réfractions n° 41
Discrets, secrets, clandestins

« En dépit de la diversité des registres d’expression que nous avons choisi de mobiliser pour confectionner ce numéro, [signale le comité de rédaction] il est bien évident que ce dossier ne constitue qu’un ensemble d’aperçus de la multiplicité des problèmes politiques, géopolitiques et stratégiques poses (...)

Christiane Passevant
9 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Après un tournage loupé auquel il ne s’intéresse pas vraiment, l’agonie de sa grand-mère qu’il ne peut pas soulager, bref une vie triste et pleine de trous, Armin s’endort dans sa voiture pour se réveiller au matin dans une ville entièrement vidée de sa population. Les voitures et les motos sont (...)

Christiane Passevant
23 janvier 2019
Article mis en ligne le 21 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Dans les mois qui ont précédé l’indépendance de l’Angola (11 novembre 1975), la région est déchirée par des luttes entre différentes factions du mouvement pour l’indépendance. C’est une guerre civile pour le pouvoir, et un enjeu politique de la guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique. La (...)

Daniel Pinós Barrieras
Un portrait « au présent » des victimes du franquisme
Article mis en ligne le 22 janvier 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

Le 15 octobre 1977, le Congrès des députés a approuvé une loi d’amnistie, qui a abouti à la libération des prisonniers politiques du régime franquiste. Sous prétexte que la réconciliation entre les Espagnol.es était impossible autrement, la même loi protégeait les bourreaux du régime, qui non (...)

Frédéric Thomas (L’Échappée)
Article mis en ligne le 27 janvier 2019
Rubrique : LIVRES, REVUES…

Rimbaud voulait que la poésie soit plus et autre chose. Que lui soit restituée, intacte, sa force. Pas seulement chant, mais aussi changement. Tout à la fois manque, annonce et promesse d’un bouleversement de toutes les relations et de tous les jours. Changer la vie. Dérisoire et démesurée soif (...)

Christiane Passevant
30 janvier 2019
Article mis en ligne le 27 janvier 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Un homme à la fois étrange et ordinaire dans un café, des personnages qui viennent à sa rencontre pour exprimer des souhaits, des rêves, se prémunir de dangers, ou encore déballer leurs frustrations… Bref, des êtres dans l’urgence, mais essentiellement repliés sur leurs problèmes personnels. L’homme (...)

Christiane Passevant
30 janvier 2019
Article mis en ligne le 3 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

« Avec le bodybuilding, je tombais dans un monde d’apparence et d’abnégation, qui m’attirait par ses paradoxes, un monde d’extrêmes, sans cesse confronté à la limite de l’humain, qui provoque attirance et répulsion. Un monde où le corps est roi et qui touche à quelque chose qui nous dépasse. » Par ces (...)

Christiane Passevant
6 février 2019
Article mis en ligne le 3 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Drôle de type que Renzo, peintre anciennement renommé, mais qui, vieillissant et en perte de vitesse, se retrouve criblé de dettes et descendu par la critique branchée. Il faut dire qu’il ne fait guère d’efforts pour défendre son œuvre et plaire à des acquéreurs potentiels. Certes il peint énormément, (...)

Christiane Passevant
6 février 2019
Article mis en ligne le 3 février 2019
dernière modification le 6 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Au premier abord, on pourrait penser que le film est un classique du genre judiciaire, ce serait minorer la démarche du réalisateur qui tente de « montrer la justice au plus près. Donner à voir la cour d’assises aujourd’hui. En rendre la complexité et tenter d’en saisir la puissance dramatique. » (...)

Alain Brossat
À la mémoire de Pierre Lantz
Article mis en ligne le 4 février 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

Dans une analyse publiée au fort du mouvement des Gilets jaunes, nos amis de Temps critiques évoquent à son propos une « rupture du fil historique des luttes des classes » [3].

Ce qui se trouve remis en cause, disent-ils, c’est l’idée même que la lutte des classes serait celle de la classe du travail (...)

Christiane Passevant
13 février 2019
Article mis en ligne le 4 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Les Recrues (La Commare Secca)
de Bernardo Bertolucci (13 février 2019)
Les Recrues (La Commare Secca)

C’est le premier film de Bernardo Bertolucci d’après une histoire de Pier Paolo Pasolini dont il a été l’assistant sur le film culte Accatone. Ce premier film, peu connu, sort en copie NB restaurée le 13 février prochain. L’histoire est très simple et n’est pas sans évoquer le climat des films de (...)

Christiane Passevant
Sorties DVD et Blue Ray février 2019
Article mis en ligne le 4 février 2019
dernière modification le 9 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Donbass
Film de Sergei Loznitza (5 février 2019)

Burning
Film de Lee Chang-Dong (5 février)

Girl
film de Lukas Dhont
 (19 février 2019)

Donbass

Film de Sergei Loznitza (5 février 2019)

Le film se situe dans l’est de l’Ukraine, dans la région du Donbass où une guerre sans fin, qui ne dit pas son nom, oppose des camps ennemis, sur fond de crimes et de saccages perpétrés par des gangs séparatistes.

On se souvient de son (...)

Christiane Passevant
6 février 2019
Article mis en ligne le 4 février 2019
dernière modification le 6 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…


Critique, ironique et même en colère vis-à-vis d’une génération qui, à part pour quelques-un.es, n’a finalement pas laissé grand chose aux générations suivantes, après la récupération vitesse grand V du système des idées fortes des années 1960-1970. Quant aux adeptes de l’avant-garde qui pensaient apporter la bonne parole, c’est à présent la mélancolie, la déprime ou l’adaptation, pour ne pas dire le conformisme. On oublie les slogans et les belles idées, on se justifie par la fin des fameuses « trente glorieuses », une expression qui ne veut rien dire et est véhiculée à qui mieux-mieux quand il s’agit de noyer le poisson.

Angèle, personnage créé et interprété par Judith Davis, en fait l’expérience dès la première scène, lorsqu’elle se fait virer de son boulot par des « patrons de gauche » avec pour arguments une langue de bois très tendance : « Au jour d’aujourd’hui (encore une expression stupide !), on ne peut pas se permettre de garder un deuxième salarié. J’suis vraiment désolée ». Ben oui, et ça ne coûte rien d’y ajouter, pour s’excuser et faciliter le sale boulot, avec un fatalisme navré de circonstance : « c’est le monde qui est comme ça ! » On est loin des idées afin de le changer ce monde : c’est l’abandon des valeurs pour cause de pragmatisme et l’individualisme est à la une.

Tout ce qu’il me reste de la révolution a son origine dans un spectacle de Judith Davis, mais n’en est pas pour autant l’adaptation, non, c’est plutôt un complément, la prolongation en quelque sorte d’un travail collectif : « Nous étions partis de la réalité de cette troupe, constituée de gens de générations et de parcours différents, et un trait s’était tiré entre l’héritage des luttes des années 60-70 et le “que faire ?” d’aujourd’hui. Le spectacle était aussi le résultat d’un méticuleux travail d’enquête pour s’échapper de l’histoire officielle et raconter une histoire plus intime. » Le film démarre donc sur les chapeaux de roue avec une Angèle qui refuse de transiger avec l’individualisme ambiant et rejette toute forme de résignation. La caractéristique du film est à coup sûr, jusqu’à la séquence finale, un rythme soutenu dans les dialogues et les séquences du récit.

La réalisatrice a vécu dans un milieu militant, ce qui sans doute la rendait réticente à « parler de cette époque, de 68 et de son folklore. [Mais, confie-t-elle], Tout s’est libéré quand j’ai compris que je pouvais me saisir de ce ras-le-bol. À tel point qu’après le spectacle, j’ai gardé la sensation de ne pas en avoir fini avec cette histoire ». Ne pas en avoir fini avec cette histoire, c’est aussi ce qui pourrait résumer Tout ce qu’il me reste de la révolution, autrement dit exercer une vigilance critique et entretenir l’idée qu’un changement est nécessaire.
À commencer sur la question du travail qui, pour beaucoup, signifie aliénation et précarité : « l’obsession de la rentabilité et le modèle de l’entreprise sont en train de contaminer toutes les sphères de l’activité humaine, même les lieux de culture ou l’hôpital, et [ajoute Judith Davis] notre imaginaire aussi. C’est pour moi l’un des constats politiques les plus alarmants d’aujourd’hui. Le travail est malade et tout le monde en souffre, comme tous mes personnages ».

Angèle représente une nouvelle génération de militant.es, ancrée dans la réalité, lucide, mais certainement pas résignée. Angèle-Judith est déterminée, avec humour, enthousiasme et continue de poser des questions à une société qui marche sur la tête. Et oui : pourquoi ?

Judith Davis : [4] Le premier spectacle de notre compagnie, qui a la particularité d’être un collectif d’acteurs et d’auteurs, s’est inspiré du monde d’aujourd’hui, de nos colères, de ce qui nous inspire. C’était il y a dix ans. Et la démarche est toujours la même, donc plutôt qu’une prolongation, le film (...)

Revue Ballast
https://www.revue-ballast.fr/raphael-kempf-action-politique/
Article mis en ligne le 5 février 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

Yeux crevés, mains arrachées par de la TNT, retraitée décédée des suites d’une grenade lacrymogène tirée en pleine tête, photographes matraqués, journalistes blessés au FlashBall, manifestants passés à tabac : les plaintes, prises en charge par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), se multiplient depuis la naissance du mouvement des gilets jaunes, dans les rues contre la vie chère et le « président des riches ». L’acte IV [6] restera peut-être dans les mémoires : près de 2 000 manifestants interpellés et plus de 1 700 gardes à vue — sept mois plus tôt [7], le régime de Vladimir Poutine arrêtait quant à lui près de 1 600 manifestants critiques du « tsar ». Julien Coupat, dangereusement équipé de croissants, d’une chasuble fluo, d’une bombe de peinture et de gouttes pour les yeux [8], n’allait pas tarder à être embarqué par une DGSI l’arme au poing : un cas, symbolique, parmi tant d’autres interpellations « préventives ».

Nous rencontrons Raphaël Kempf, avocat au barreau de Paris, entre deux comparutions immédiates au tribunal correctionnel : comment le droit pénal est-il instrumentalisé par le pouvoir politique ?

L’état d’urgence, décrété suite aux attentats terroristes de 2015, a rendu possible l’interdiction de manifestations et l’assignation de militants à résidence. Au motif de notre sécurité, le pouvoir ne met-il pas en danger la notion même d’État de droit ?

L’état d’urgence a été utilisé dès son origine (...)

Christiane Passevant
Article mis en ligne le 6 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE… TV…

8 avenue Lénine. Heureuse comme une Rom en France
Film documentaire de Valérie Mitteaux et Anna Pitoun (14 novembre 2018)

Et depuis novembre le film voyage un peu partout :
Il reprend le 8 février à 20h30
au cinéma Accatone, rue Cujas à Paris

8 avenue Lénine. Heureuse comme une Rom en France est bien plus qu’un film documentaire, c’est un document exceptionnel sur l’histoire d’une femme rom roumaine, Salcuta, qui va se battre avec ses deux enfants, pour obtenir le droit de vivre dignement en France où elle a choisi de s’installer, malgré (...)

Alain Brossat
Article mis en ligne le 8 février 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

La récente tentative avortée de perquisition dans les locaux de Mediapart, conduite par le Parquet de Paris relance, pour la énième fois, le débat sur cette zone litigieuse que constitue le recours par les journalistes, notamment le journalisme d’investigation, à des moyens consistant à s’émanciper du (...)

Christiane Passevant
6 février 2019
Article mis en ligne le 9 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Inspiré du roman éponyme de Justin Torres, We the Animals, le film se déroule dans le Nord des Etats-Unis, dans une famille marginale et pauvre.

Jonah est le plus jeune de trois frères, qui sont plus ou moins livrés à eux-mêmes, à l’écart de la ville. Les parents, totalement immatures, ne s’occupent (...)

Christiane Passevant
20 février 2019
Article mis en ligne le 11 février 2019
dernière modification le 9 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Rencontrer mon père est un film très personnel, entre le désir de comprendre les motivations d’un père, parti depuis 20 ans, abandonnant sa famille sans donner aucune nouvelle, et le besoin de construire sa propre maturité. C’est aussi une chronique sur l’émigration nécessaire pour survivre : « À un (...)

Christiane Passevant
20 février 2019
Article mis en ligne le 11 février 2019
dernière modification le 10 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

« J’suis trop intelligent pour une Succes Story » dit Pierre-Paul, largué brusquement par sa petite amie ; « les imbéciles adorent des crétins », y’a qu’a voir la présidence de Trump !

À 36 ans, avec un doctorat en philosophie, Pierre-Paul est plutôt maladroit, naïf, et travaille comme chauffeur pour (...)

Article mis en ligne le 11 février 2019
Rubrique : RÉSISTANCES… RÉFLEXIONS…

Après bientôt trois mois d’une contestation massive et acharnée, le mouvement des gilets jaunes n’en finit pas de ne pas finir, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas du goût du pouvoir.
Récit d’une nouvelle opération de police, sous les ordres de Mme Billot, juge d’instruction.

Samedi 2 février, alors que se prépare l’acte XII des gilets jaunes, les flics, munis d’une réquisition du procureur, procèdent à leurs rondes habituelles. Contrôles d’identité, fouilles, confiscation du matériel de défense, comme depuis des semaines, ils répriment en préventif.

Ce même jour, alors qu’il (...)

Daniel Pinós Barrieras
Un conte philosophique cubain sur l’amitié au-delà des frontières culturelles, géographiques ou politiques
Article mis en ligne le 16 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Sergio et Sergei (27 mars 2019)
Film de Ernesto Daranas Serrano

En 1991, le mur de Berlin vient de tomber, l’URSS se décompose et abandonne Cuba à son triste sort après la chute des régimes totalitaires d’Europe de l’Est. C’est la fin des illusions révolutionnaires pour le peuple cubain alors qu’une grave crise économique sévit dans l’île.

Le scénario est (...)

Christiane Passevant
Article mis en ligne le 16 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

« Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
Film de Radu Jude (en salles le 20 février 2019)

Troisième long métrage du réalisateur, le film traite du révisionnisme aujourd’hui en Roumanie. Un révisionnisme qui semble la norme en ce qui concerne la responsabilité des autorités et l’acceptation passive d’une grande partie de la population quant aux crimes de masse perpétrés au début de la Seconde (...)

Christiane Passevant
Article mis en ligne le 16 février 2019
Rubrique : CINÉMA… THÉÂTRE…TV…

Baghdad Station
Film de Mohamed Jabarah Al-Daradji (20 février 2019)

Le film se déroule en 2006 dans la gare de Baghdad et autour de celle-ci. Une jeune femme marche rapidement le long des rails de chemins de fer, elle porte un foulard qu’elle retire aux abords de la gare centrale. C’est le matin, Sara regarde autour d’elle, la gare grouille de monde, quadrillée par (...)



















Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    483442 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    158716 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    129 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 04-10-2018
    avec 1570 visiteurs
  • Aujourd'hui :
    103 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    4 visiteurs
  • Ce site compte : 9 auteurs 201 rubriques 1647 articles 141 mots-clés 7 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 16 février 2019
    "Baghdad Station de Mohamed Jabarah Al-Daradji (20 février 2019)"


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.4